La soirée avait été belle

Jorg Dubin : Une fellation

Jorg Dubin : Une fellation

La soirée avait été belle, je dirais même lumineuse. Une ambiance amicale autour de Caty ; ses amis et surtout ses amies. C’était l’anniversaire de Caty, mais j’étais l’objet d’une attention toute particulière car j’étais le petit ami de Caty.

Puis ce fut le moment de rentrer. Caty était légèrement pompette et c’est moi qui pris le volant… Tout le temps du trajet elle fouilla dans mon pantalon pour tenir ma bite.

Nous sommes maintenant dans le petit hall d’accueil au rez-de-chaussée de la villa.

  • J’ai une petite soif :
  • Regarde dans le frigidaire : il y a du champagne !

Le bouchon saute allègrement et nous enfilons à la suite deux coupes du précieux liquide. Pendant que nous trinquons, j’essaye de la caresser… Elle refuse en me disant qu’il faudrait attendre d’être dans la chambre.

  • Mais je ne veux pas attendre ! Je ne peux pas attendre !
  • Il le faudra bien pourtant !
  • Je vais te baiser ici ! Caty ! Dans cette cuisine ! Elle m’inspire ! je vais te coincé contre cet évier, sortir ma bite et te prendre !

J’ai très vite le dessus et tout près d’atteindre mon but !  Le bout de mon gland est à la porte de sa vulve toute mouillée…

  • Attends un peu ! On n’est pas bien ici, je préfère la table ! viens prend moi là !
  • Tu as raison ! C’est plus facile… Qu’est-ce que tu es bonne ce soir !
  • Parce que les autres jours ou les autres nuits je ne le suis pas ?
  • Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire !
  • Alors dis-moi que je suis le meilleur des coups…
  • Oui tu es la femme la plus extraordinaire que je connaisse !
  • Tu en as connu beaucoup de femme ?
  • Mais que cherches-tu ce soir ? Est-ce que moi je te demande le nombre de tes amants !
Jorg Dubin  SEXES

Jorg Dubin SEXES

Le charme est rompu pour un petit bout de temps, et nous nous retrouvons dans le salon, sur le vaste sofa près du piano à queue ! Je m’y installe avec ma coupe de champagne pendant que Caty prend place au piano… Quelque chose de tendre et de doux m’émeut soudain et je me lève pour l’entourer de mes bras et lui dire combien je l’aime !

  • Viens t’assoir près de moi !
  • Je viens mais tu ne me touches pas !
  • Ok ! C’est promis ! elle a été réussie ta soirée !
  • Mes amis ont été contents semble-t-il !
  • Tes amies surtout !
  • Ah ! Oui ! Mes amies ! je t’ai vu leur faire du gringe ! Si tu savais les compliments qu’elles m’ont fait de toi ! Beau gars, brillante conversation, un peu taquin !
  • Mais toi aussi tu as été bavarde entre autre pour leur dire que j’étais le coup du siècle : J’aurais bien aimé être là pour t’entendre décrire mes exploits… je devrais dire nos exploits.
  • Tu exagères !
  • Si peu ! A ton amie Annie ! N’as-tu pas raconté que nous baisions toute la nuit et que le matin j’en réclamais encore, que je te faisais jouir 20 fois de suite, que je suçais comme un dieu !
  • Je n’ai jamais dit cela !
  • Pourtant Annie m’a avoué qu’elle aimerait une partie à quatre : Toi, Moi, Elle et Gérard !
  • Annie t’a proposé cela ! Et qu’as-tu répondu ?
  • Qu’il fallait voir avec toi ! Que c’était toi le chef et en même temps le coup du siècle, la plus divine baiseuse de France et de Navarre.
  • Tu exagères encore ! Et quoi d’autre avec Annie !
  • Elle a expérimenté avec Gérard la sodomie !
  • Ah bon ! elle ne t’en a pas parlé… Elle ne t’a pas expliqué comment Gérard l’a initiée au lavement !
  • Pas du tout ! Et alors !
  • Tiens ! cela t’intéresse soudain la sodomie ?
  • Bien sûr que cela m’intéresse ! Mais l’initiative doit venir de toi ! Et il faut que ce soit le bon moment !
  • Maintenant si tu veux !
  • Non pas maintenant ! je ne suis pas prête !
  • Seras-tu prête un jour ?
  • Je ne sais pas mon ami ! Je ne sais pas ! Mais pour le moment j’accepterais bien une petite coupe de champagne suivi d’un petit coup de pine !
  • Quel vocabulaire !

A suivre !

Publicités