IRN ! Séance N° 3 : Fantasme

  • Suivez-moi Cher Monsieur
  • Asseyez-vous !
  • Votre nom !
  • Votre date de naissance !
  • Alors je vous souhaite un bon anniversaire ! J’ai un petit cadeau pour vous !
  • Donnez-moi votre bras ! détendez-vous ! Elles sont belles ces veines…

C’est alors un rêve dont on ne souhaite pas se réveiller… Plus un mot n’est prononcé… J’ai le poing toujours au centre d’elle-même… mais cette fois la blouse est ouverte et les poils de son pubis me caressent les doigts…

La piqure est faite ! Puis elle prononce les mots enchanteurs :

  • Ouvrez le poing !

Mes doigts s’allongent et je touche tout ce que je peux… dans cette position très inconfortable je pense reconnaître un clitoris, des lèvres… une petite humidité…

  • Voilà Monsieur c’est terminé ! A la prochaine fois !

Sur la page du site « De mes fantasmes éclairs ! »

Cher Monsieur ! J’espère que mon cadeau d’anniversaire vous aura plu, et qu’il vous aura donné autant de plaisir que j’ai eu à vous l’offrir…

J’ai mis du temps à me décider à enlever ma culotte et à venir vers vous toute nue sous ma blouse… Mais dès que je vous ai vu entrer dans notre petit cagibi je me suis rassuré… Oui c’est le bon cadeau à lui offrir….

Petites confidences : Vos timides caresses ne m’ont pas satisfaite mais au contraire excitée… J’ai eu de la peine à attendre la fin du boulot… Et là, assise dans ma voiture je me suis caressée pour vous et pour moi.

Qu’avez-vous fait de vos doigts ? Non ne me le dites surtout pas… laissez-moi placer cet épisode dans mon petit bestiaire.

Bonsoir Mon ami ! Je saurai dans une semaine si que tu as lu mon message… Et si tu l’as partagé avec ta compagne.

IRN !

  • Alors cette IRN ?
  • C’est fait ! Les résultats dans l’après-midi !
  • Tu retournes au labo pour les récupérer !
  • Non je dois les consulter par INTERNET ! Dommage !
  • Pourquoi dommage ?
  • Pour l’infirmière qui m’a piqué !
  • Ah bon ! Rien que cela !
  • Laisse-moi t’expliquer !

Samedi matin ! J’arrive au labo… je fais la queue comme tout le monde à l’accueil… je me fais enregistrer…puis je patiente jusqu’à ce j’entende mon nom !

Une silhouette blanche m’invite à la suivre !, Ouvre une porte, me laisse entrer dans un petit cagibi me laisse me débarrasser de mes affaire et à me demande de m’assoir dans un fauteuil bleu.

Je remonte les manches de mon pull ! Au creux du bras gauche j’ai deux beaux hématomes !

  • Qui vous a fait ces misères ?
  • Si ce n’est pas vous c’est une de vos collègues !
  • Non ! Pas possible ici ! Nous sommes toutes très douces
  • Et pourtant je ne me fais piquer qu’ici ! Mais c’est la première fois que je vous rencontre ! Vous êtes nouvelles ?
  • Montrer moi l’autre bras ! Alors ! C’est ici que je vais m’installer !
  • Faites comme chez-vous…

Poursuivant ce dialogue badin, l’infirmière se lave les mains avec un produit sans odeur… Ses gestes sont professionnels et élégants… Elle a de belles mains d’artiste, de pianiste…

Un morceau de coton imbibe d’une autre liquide me frotte le creux du coude…

Elle cercle mon biceps d’une sangle qu’elle serre un peu…

  • Fermez le poing !
  • C’est fait !
  • Respirer normalement ! Attention je pique !
  • Je ne regarde pas !
  • Ouvrez le poing !

La petite fiole se rempli de mon sang… Elle juge qu’il y a assez, la soulève dans la lumière, la secoue un peu et la place dans le panier…

Puis elle retire délicatement l’aiguille en appliquant un autre bout de coton… je fais un geste pour appuyer à sa place…

  • Non Monsieur ! S’il vous plait ! C’est mon travail ! Laissez-moi faire…

Encore un morceau de coton deux bouts de sparadraps placé en croix et la séance est terminée…

  • J’espère que je n’aurai pas un hématome de ce côté-là aussi.
  • Vous me prenez pour qui… revenez samedi prochain et on verra.
  • Ok à samedi

  • Mais c’est exactement ce qui se passe pour moi lorsque je vais donner mon sang…
  • Je ne t’ai pas tout dit…
  • Ah !… Raconte alors !!!
  • Non rien d’autre ! Sinon que j’ai de nouveau rendez-vous avec elle samedi prochain…
  • Pour une séance cinéma !
  • Mais non ! Mieux une prise de sang.

Le samedi suivant

  • Alors cette IRN ?
  • J’ai le résultat sous les yeux : 2,7
  • Mais c’est parfait ! Qui t’a fait la piqure ? La même infirmière^ ?
  • J’ai dû lutter pour qu’on me l’attribue… ! En fait c’est elle qui passait dans le couloir, m’aperçut discutant avec l’accueil… Elle est tout de suite venu et à parler à la secrétaire sans que je puisse entendre…
  • Suivez-moi Cher Monsieur

C’est alors le même rituel, les mêmes mots, les mêmes échanges… j’ai tout loisir de la regarder, de l’admirer… Et je la trouve belle désirable…  Incontestablement… elle me trouble…

  • Monsieur ! vous dormez ! je vous ai demandé d’ouvrir le poing !
  • Mais je ne peux pas !
  • Et pourquoi donc
  • Si j’ouvre la main je vais vous toucher l’entrejambe !
  • Mais non ! Ouvrez ce poing pour laisser couler votre sang…

La séance set terminée ! Moins de 3 minutes ! L’infirmière me remet le formulaire sur lequel se trouve le code d’accès au site pour récupérer les résultats… Elle griffonne au bas de la page l’adresse d’un site, en me disant…

« Si vous vous ennuyez un soir venez visiter ma page ! »

  • Et tu as déjà été regardé sa page !
  • Non ! je vais y aller dans un moment.
  • Tu vas me montrer
  • Oui !

La page du site s’intitule « De mes fantasmes éclairs ! »

Et oh surpris la première page concerne ma visite au Labo.

L’infirmière écrit :

La secrétaire me tend ma feuille de route… Juste le temps de voir que c’est mon homme ! Nous sommes presqu’à son anniversaire… C’est samedi prochain… Il ne faudra pas manquer cela… Mais c’est surtout un INR… J’appelle son nom et il s’avance vers moi… Belle prestance, Beau sourire…

  • Suivez-moi

J’ouvre la porte de la cabine et l’invite à entrer… Il me frôle délicieusement et je hume au passage son parfond… Un de ceux que j’aime… J’ai le nom au creux du nez…

Il s’assied dans le fauteuil bleu avec les deux appuis coude inclinés. Instinctivement il remonte les manches de son pull gris entracite… Au creux du bras gauche   deux beaux hématomes m’incitent à choisir l’autre bras…

Je procède mécaniquement à la prise de sang en me disant que c’est lui… C’est bien lui… celui que j’attends de longue date pour assouvir mon fantasme de ces rendez-vous éclairs et réguliers…

Lui ! Il est condamné à ce rendez-vous hebdomadaire ! Moi je serais ce rendez-vous minute pendant lequel on ne peut qu’aimer…

Bonjour Mon ami ! Je sais que tu as lu mon message… Je pense même que tu l’as partagé avec ta compagne. Alors samedi prochain je saurai si tu veux entrer dans mon fantasme.

J’ai grands ennuis entremêlés de joie.

Je vis, je meurs; je me brûle et me noie;
j’ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m’est et trop molle et trop dure.
J’ai grands ennuis entremêlés de joie.
( Louise Labé. 1526-1566 )

2664363490_small_1

Soit que par égale puissance
L’affection, et le désir
Débattent de la jouissance
Du bien dont de veulent saisir :
Si vous voulez leur droit choisir,
Vous trouverez sans fiction,
Que le désir en tout plaisir
Suivra toujours l’affection.

La première fois !

Nous venions de faire l’amour ! Somptueusement ! C’est le qualificatif que j’avais trouvé le mieux adapté à ces quelques instants de plaisir. Oh ! J’en avais cherche d’autres !

  • Joliment ! joli sans plus !
  • Doucement ! Oui certaines moments ont été empreins de douceur !
  • Sauvagement ! Oh oui ! Lorsqu’il s’est enfoncé jusque au fond de moi !
  • Délicieusement ! le moment le plus délicieux a été cette belle caresse de ma vulve par sa bouche et sa langue !
  • Amoureusement ! Oui je l’aime cet homme !
  • Savamment ! C’est effectivement un fin connaisseur de l’art amoureux.
  • Sportivement ! Oui ce fut sportif
  • Ludiquement ! Oui ce fut un jeu !
  • Pudiquement ! Je suis très pudique

Non à la réflexion : Somptueusement c’est mon choix et mon dernier mot.

Nous étions couchés l’un à coté de l’autre et nous étions en train d’échanger sur nos vies antérieures… Il me racontait sa découverte de la sexualité ! Il parlait comme jamais ! Il me disait tout de lui c’était émouvant ! Quand soudain arriva la question que je craignais !

  • Et toi ! Racontes moi ta première fois ?
  • Nous étions une bande d’amis entre 16 et 20 ans et nous revenions d’une belle balade sportive ! J’avais conscience d’avoir été au delà de mes propres capacités et je ressentais un vrai fatigue… Il a fallut embarquer tous dans une vielle jeep qui devait nous reconduire vers la ville. Nous étions tous entassés à l’arrière et j’étais coincée presque à étouffer. Tout de suite après le départ je sentie une main sur mon pubis ! Impossible de m’en écarter et à chaque soubresaut de la route cette main accédait un peu plus à mon sexe… Soudain je fus prise d’un incroyable sensation toute nouvelle pour moi ! Puis la sensation s’estompa pour revenir régulièrement mais de plus en plus intense. A l’arrivée à destination j’étais épuisée… je m’effondrai sur le bord du trottoir et fondit en larmes ! Autour de moi chacun émettait son hypothèses sur mon cas ! La fatigue ! La fatigue vous dis-je… Une bonne nuit de repos et cela sera oublié ! pendant la nuit j’eu tout loisir de réfléchir à mon aventure ! qui parmi mes copains avait osé ce geste ? Pourquoi avais-je réagi de cette manière… Ma main glissa vers mon pubis trouva le petit objet sensible origine de tous mes émois ! La magie opéra de nouveau et j’ai jouis une fois de plus en poussant un gros soupir. Mais qui diable avait osé s’en prendre à moi ? La question n’eut jamais de réponse ! j’entretenait avec tous les garçons de la bande les meilleurs relation amicales.
  • Une longue inspiration pour prendre mon souffle et parler d’un épisode de ma vie qui m’aura marqué !
  • Et qui te dit que ce fut un garçon ? Pourquoi pas une de tes copines ?
  • Ah flûte ! Je n’y avait même pas songé !
  • Je fis rapidement le tour de mes amies et me rendis à l’évidence que ce ne pouvait être aucune d’entre-elles
  • Voila mon ami ce que fut ma première révélation d’un orgasme ! Et depuis lors j’adore me caresser et me faire caresser ! Tu en sais quelque chose !
  • Oui ! je t’ai admirer lorsque tu m’as écarté pour te branler tu étais belle ! visiblement ému de l’évocation de cet épisode de jeunesse Caty s’étendit de tout son long… Elle était belle ! Ses deux mains au niveau de son pubis les deux index de part et d’autre de son clitoris les trois doigts ouverts sur les deux aines et les deux pouces formant le haut d’un cœur qui encerclait sa jolie toison !
  • Elle ne bougeait plus ! elle semblait comme inanimée !
  • le souvenir de cet épisode me rendit un tant soit peu nostalgique ! Je me couchai sur le dos plaça mes deux mains sur mon bas ventre… Et s’est mon ami, mon amant, mon baiseur, mon pourfendeur qui vous racontera la suite !

 

Sometimes

Sometimes
i just want you to cum for me.
I Want to taste you on my lips.
The feel of your cock
throbbing in my hand,
as you spurt warm and wet on my tongue
is a pleasure i just can’t resist.
Cum for me baby,
cum in my mouth,
give me all you can give me,
and more again.
Then kiss me
and share your taste
with me.
Spit a little bite of your cum
in my ass
and fuck me up
with two fingers…

Un diaporame alléchant de Vénus, sur les parole de Strill ray (Raphaël Saadiq) !

 

00004La délicieuse Vénus a republier un diaporama alléchant avec musique ! Vous pouvez le voir ici

http://venus-erotica.com/index.php/visuel-allechant-avec-musique/

L’artiste qui interprète la musique d’accompagnement est : Raphael Saadiq
Le titre de la chanson : Still ray

En voici les paroles, en anglais et en français

I’m comin’ home to you, wear something see-through
So I can see your heart
For night can never come soon enough for me
I watch the sky all day

 

J’arrive chez vous, portez quelque chose de voir-à travers
Donc, je peux voir votre cœur
Pour la nuit ne peut jamais venir assez vite pour moi
Je regarde le ciel toute la journée

Night is where I find you and piece of mind
My days are filled with grief
That’s why I truly give you what you need
Because you love me for me

La nuit est là que je trouve que vous et tranquillité d’esprit
Mes jours sont remplis de chagrin
C’est pourquoi je vraiment vous donner ce dont vous avez besoin
Parce que tu m’aimes pour moi

Good runs all through you, I can’t help myself
You’ve found my weakest spot
What better woman to breathe and sleep next to
That’s why I’ll always be with you

Bons runs tout à travers vous, je ne peux pas m’en empêcher
Vous avez trouvé mon point faible
Quelle meilleure femme de respirer et de dormir à côté de
C’est pourquoi je serai toujours avec vous

Yes, I’m funny like a clown, but I’m never down
As long as you’re around
There will never be another one for me
‘Cause you are shinin’ beneath me
Oui, je suis drôle comme un clown, mais je ne suis jamais en panne
Tant que vous êtes dans le coin
Il n’y aura jamais un autre pour moi
Parce que vous êtes briller »en dessous de moi

Ooh … ooh …
Oh … oh …
Oh … oh … oh …
Oh … oh … oh … oh …

You’ll never have to beg me to come to bed
I’ll walk you there each night
If you want me to that’s what I will do
That’s why I’ll always be with you

Vous n’aurez jamais à me supplier de venir au lit
Je vais vous y aller à pied chaque nuit
Si vous me voulez, c’est ce que je ferai
C’est pourquoi je serai toujours avec vous

 

La rentrée 2014 sera Erotique !

image001Hilda, Souvenirs humides d’une Dame du temps jadis est une véritable saga des années folles
débutant à l’immédiat après-guerre de 1914-1918.

image002

Suzanne a une mentalité précoce de flageolante
et elle s’exerce très jeune à fouetter
ses petites camarades d’école et leurs frères.

image005

Ce roman conte les « audaces érotiques »
de son héroïne en trois parties :
S’offrir-
Se vendre
Aimer.

image006 Alice,
Françoise,
Clotilde
et les autres sont désirables
et convaincues
par les amours saphiques.

image007Quelques jeunes filles de nationalités différentes ont voulu
se mêler à la Grande Guerre,
cherchant dans ses dangers et ses horreurs
des sensations nouvelles,
en quelque sorte sadiques

image008

Sexie est telle qu’en vos désirs les plus secrets,
les plus ardents,
les plus subtils ;
elle a les traits de celle
dont vous aimeriez être
l’heureux amant.

 

 

 

Première Histoire de Vénus 8 / 10 / 2010

tumblr_n3rogjLzkm1txqkiao1_1280

Voilà plusieurs semaines que je sens le désir monter en nous par un jeu de séduction mutuelle. Pas évident de laisser libre court à nos idées lubriques vu le lien professionnel qui nous unis.

Hummm

Nous avons une rencontre d’équipe ce soir, vu un dossier urgent à régler. Le moment idéal ? Aucune idée, mais je ne laisserai pas passer outre cette opportunité ! La réunion se déroule à merveille malgré que ma concentration soit omniprésente. Je sens ton regard sur moi lorsque je tente d’aguicher ton désir par des mouvements félins, des regards perçants… J’aime tant te sentir décontenancé lorsque je passe langoureusement ma langue sur mes lèvres entrouvertes ou lorsque j’en mordille un coin telle une enfant gâtée. Bon je sais que je peux davantage me permettre de t’allumer puisque ce n’est pas moi qui est debout devant tous les collègues à animer cette réunion

Lorsque 20h arrive, tu abrèges les propos en résumant les idées principales abordées lors de ces deux heures de discussion. Tu me regardes et me dis:

  • “Vous pourriez passer à mon bureau avant de quitter ?”

Humm !

Tu sembles avoir envie de moi également.. Je prends quelques minutes à mon bureau, seule, afin de replacer mes cheveux et vêtements. Tout en prenant une grande inspiration je me dirige vers ton bureau.

La porte est à demie ouverte, je cogne légèrement et ose entrer… Tu es assis confortablement à ton fauteuil et tu me fais signe de m’approcher. Ce que je fis lentement… Tes yeux dévorent mes jambes bien galbées, hissées par des chaussures à hauts talons mettant parfaitement en valeur mes hanches et ma chute de rein.

Jupe étroite mi-cuisses, chemisier légèrement ouvert dévoilant la naissance de ma poitrine. Ma peau semble si douce au toucher… Mon veston est déboutonné afin de libérer cette tension due à cette longue journée.

Je m’approche de toi en déambulant sensuellement… Lorsque j’arrive à tes côtés, je libère ma chevelure qui tombe avec naturel sur mes épaules et mon dos. Je prends appui sur les bras du fauteuil et penche mon visage vers le tien. Mes cheveux caressent ton visage ce qui te permet d’en humer l’odeur qui en émane…

Ta fébrilité est perceptible malgré ton désir de cacher ce moment de faiblesse charnelle… Je te murmure à l’oreille que j’ai terriblement envie de toi. J’ai envie de te transmettre tout le désir que j’ai pour toi. Je dépose mes lèvres humides sur ton cou tout en te disant:

  • “Laisse-toi faire…”

vrac6

Je me penche un peu en prenant le temps de déboutonner un à un ton chemisier. Au fur et à mesure que je dévoile ta poitrine, je prends plaisir à en lécher cette peau dénudée, chaude et réceptive. Je me rends dangereusement vers ta ceinture en poursuivant ce manège excitant. Tu entres ton ventre… je le vois se contracter afin de me faciliter la tâche… Et tout en réalisant de jolies succions de ma bouche, j’abaisse ta fermeture éclair. Je désire tant te prendre, t’explorer, te faire réagir, de déguster de manière perverse et gourmande…

Hummm !

Je vois déjà ton membre bien érigé, pointer fièrement vers ton abdomen. Je salive déjà à l’idée de l’engouffrer profondément… Je glisse mes doigts entre ta peau frémissante et ton boxer moulant qui dévoile parfaitement cette dimension pénienne dont j’ai envie de m’abreuver

Tout en caressant ta peau du revers de la main, je descends quelque peu ce tissu afin d’en libérer le bout de ton gland si appétissant à mes yeux. Je m’accroupis devant toi tout en poussant tes cuisses vers l’extérieur…

Je veux pouvoir te caresser comme bon me semble, t’agacer comme je sais si bien le faire, t’amener à l’éveil érotique dont tu as envie secrètement…Je dépose un doux baiser sur ton bas ventre qui frémit au contact de ma bouche chaude et humide. Je sors timidement ma langue qui glisse lentement sur ta peau. Tu sens mon visage frôler ton gland agacé de sentir ma bouche si près…

Te voyant ainsi abandonné au plaisir que je te procure, je place mes mains fermement sur tes cuisses tout en déposant mes lèvres sur ton membre chaud. Je m’amuse à le mordiller sensuellement par-dessus ton sous-vêtement ce qui te laisse échapper un long gémissement de satisfaction et de désir…

Tu soulèves ton bassin en comprenant que je veux te dénuder complètement. Je désire admirer ton corps entier, soumis au plaisir que je t’offre

Hummm !

Ce que je te trouve beau ainsi dans cette position d’abandon total, membre parfaitement érigé, regard pervers.

Ouf !!!

Je glisse ma langue à l’intérieur de ta cuisse droite et remonte langoureusement vers l’aine que je chatouille au passage… Tout en te regardant droit dans les yeux, je place ma langue salivante de plaisir au bas de ton membre que je lèche sous toute sa longueur,

Hummm !

Ce que j’aime te sentir fébrile sous mes caresses… Tout en malaxant doucement tes testicules, j’empoigne cet objet de désir et place ma bouche prête à te déguster.

Après avoir habilement humecté mes lèvres de ma salive abondante, je place celles-ci fermées, sur le bout de ton gland. Tu sens ma bouche s’entrouvrir d’elle-même, s’ajustant parfaitement à la grosseur de ton sexe… Quel supplice de voir ma bouche t’engouffrer si lentement, si profondément … Je sens ton bassin tenter de me dicter la vitesse de pénétration orale… mais je pousse sur tes hanches afin d’en limiter le mouvement… Laisse-toi faire Je veux te voir frémir de désir, je veux te voir jouir totalement dominé par la femme que je suis…

Tout vénus est déjà contenu dans ce texte ! Et pensant 4 ans elle va régaler ses lecteur de Hummm et de Hummmm !