Marcel-René Von Herrfeldt

Publicités

Ces plaisirs de l’amour, que nous avons goûtés ensemble, m’ont trop doucement fascinée !

fine_amor[…] Mais, hélas ! ces plaisirs de l’amour, que nous avons goûtés ensemble, m’ont trop doucement fascinée ! Je ne puis me défendre de les aimer, ni les bannir de ma mémoire. Ils enveloppent mes pas ; ils poursuivent mes regards de leurs scènes adorées, et font pénétrer dans mes veines émues tous les feux du regret et du désir. L’éternel mirage plane encore, avec toutes ses illusions, sur mes nuits frémissantes. Pendant la solennité même du divin sacrifice, au moment où la prière doit être la plus fervente, ah ! j’en ai honte ! Les licencieux tableaux de nos plaisirs captivent tellement ce cœur misérable, que je suis plus occupée de ces indignités que de la sainte oraison.

Et non seulement ce que nous avons fait, mais les heures, les lieux témoins de nos rapides félicités, chaque circonstance est mystérieusement gravée dans mon souvenir avec votre image. […]

Ces plaisirs de l’amour, que nous avons goûtés ensemble, m’ont trop doucement fascinée !