Caty et Mona – Second orgasme de Mona : 1 heure du matin

Avertissement : Cette aventure, écrite sur commande a déjà été publiée sur le BLOG génial de Michel KOPPERA qui est l’auteur des illustration et m’a apporter de très bonnes idées.

On poursuit les aventures nocturnes de Caty et Mona

 image009

Caty et Mona – Second orgasme de Mona : 1 heure du matin

Lorsque Caty revient dans la chambre, la lumière est à son maximum et Mona est EXPOSÉE, au bord du lit, les deux jambes écartées les talons sur le bord du matelas.

– Viens Caty ! déguste-moi ! Avant de me toucher dis-moi ce que tu vois !

– Ce n’est pas facile à décrire !

– Essaye quand même !

– Je vois l’entrecuisse d’une femme, un mont de Vénus velouté, un clitoris déjà bien érigé, de magnifiques lèvres roses, ourlées et gonflées de désir. J’aperçois aussi ton anus ! C’est le plus beau spectacle que je n’aie jamais vu.

– Viens me sentir !

– Tu ne sens rien.

– C’est la toilette ! mais tu pourras sentir lorsque je vais jouir.

– Car tu sais que tu vas jouir ?

– Sais-tu combien j’appréhende cette caresse ?

– C’est la première fois

– Oui ! Et je te fais confiance pour être mon initiatrice !

– Raconte-moi alors tes fantasmes sur le cunnilingus !

– Si tu veux ! Approche ton visage ! souffle sur mon sexe ! Oh oui ! Je te sens ! Souffle encore un peu ! Descends vers l’anus ! Remonte vers le clitoris ! Souffle sur ma peau ! Peigne mes cheveux… avec tes doigts à revers ! Passe ta langue sur mes lèvres comme pour les mouiller ! Tu montes sur la gauche et tu redescends sur la droite ! Attention ne touche pas à mon clitoris, il est trop excité ! Je pourrais rester là des heures ! Et te sentir monter et descendre ! Monter à gauche ! Descendre à droite ! N’inverse jamais le sens ! C’est ma petite exigence ! Descends maintenant vers mon anus ! Tu tournes juste autour et tu remontes ! À la bifurcation, tu prends la gauche ! Les lèvres gauches ! Puis tu redescends sur les lèvres droites ! Tu les repousses un peu ! Tu vois l’entrée de ma grotte de miel ! Dis-moi ce que tu vois !

– Je vois toi ! je vois ton âme ! Je vois ton cœur ! Je vois Toi seulement toi.

– Alors fais-moi l’amour avec ta tangue. Introduis-la jusqu’au plus profond que tu pourras ! … Oui comme cela ! Oh que c’est délicieux… ! Trop bon ! Trop fort ! J’ai encore peur !

– Peur de quoi Mona ?

– Non ne me quitte pas ! laisse-moi apprivoiser ce plaisir tellement puissant, tellement fort, tellement sauvage, tellement violent… Oui tiens moi les cuisses… Accroche-moi à toi pour que je ne m’enfuie pas… Ta langue est délicieuse, douce, amoureuse, mouillée, chaude… Elle vibre, elle me touche, elle me pénètre… Tu sens comme je coule… Tu sens comme tu me fais couler… Dis-moi que mon jus est tiède… au chaud… ou brûlant… ou salé… ou sucré… ou piquant… ou épicé… Continue éternellement… Tu vas me faire jouir… je suis au bord d’un précipice dans lequel je vais plonger pour mourir… Et mourir de plaisir… Sors doucement de moi… Tout doucement … Tout doucement… remonte vers mon clitoris… rentre ta langue… serre mon clitoris entre tes lèvres… caresse-le, branle mon clito, masturbe-le, fais le bander… je me suis toujours demandé pourquoi le clitoris ne jouissait pas comme une bite avec des jets de stupre…. Je vais jouir Caty… Tu vas me faire jouir… J’ai peur de moi… J’ai peur de toi… J’ai peur… je jouiiiiiiiis !

image010

Caty a toutes les peines du monde à maintenir Mona, à se maintenir dans la place forte de son sexe… Elle sait qu’elle fait du bien à Mona… Elle sait que la jouissance arrive… Elle sait qu’il lui faudra beaucoup d’énergie pour maintenir cette jument fougueuse et éviter qu’elle ne s’échappe à bride abattue… Loin très loin… Loin de cet orgasme qui pointe son nez et risque de tout détruire… Sur son passage… les cuisses de Mona se resserrent sur ses oreilles à lui faire mal… Elle tire sur ses bras pour maintenir le diabolique suçon sur un clitoris qui vibre et déclenche la tornade… Elle pense soudain à Sassafras… Elle entend alors le hurlement de la louve en saillie… Le chant du cygne subissant l’amour bestial de son compagnon, la poule soumise à son coq qui lui becque la tête… Elle est déçue de ne pas trouver la bonne image… Il n’y a pas d’image possible pour une femme faisant l’amour à une autre femme. Aucune image pour Mona hurlant, se débattant, criant son plaisir sous la caresse buccale, bestiale, sauvage de Caty…  Elle sait maintenant que cette caresse initiatique aura été salutaire à Mona…

Deux mains se posent sur sa tête et lui massent tendrement le cuir chevelu… les cuisses se desserrent… Mais ce n’est que l’œil du cyclone… dans un moment le vent soufflera encore plus fort et balaiera tout sur son passage… le paysage ne sera plus le même avant et après…

– Caty tu as été divine… descends maintenant au creux de moi… et baise-moi avec ta langue… tu sens comme je suis trempée… Tu sens que je vais jouir ?

à suivre…

Caty et Mona – Premier orgasme de Caty en solitaire : 23 heures 15

image008

Avertissement : Cette aventure, écrite sur commande a déjà été publiée sur le BLOG génial de Michel KOPPERA qui est l’auteur des illustration et m’a apporter de très bonnes idées.

Caty et Mona – Premier orgasme de Caty en solitaire : 23 heures 15

Joignant le geste à la parole Caty commença un striptease qui sembla plaire à Mona. Elle manifesta dans son regard une certaine surprise que Caty ne porte pas de dessous !

– Que tu es belle ! Caty !

– Pas autant que toi Mona !

Caty se coucha sur le ventre, tourna son visage vers Mona, passa sa main droite sous son ventre et commença à se caresser. Elle ne bougeait pas, mais poussait de petits soupirs… Puis ce fut l’explosion… Son corps dansa sous le choc de l’orgasme qu’elle avait déclenché et elle poussa un cri strident. Elle n’arrêtait pas de regarder Mona et lut sur son visage le plaisir indicible que son plaisir lui avait occasionné. Mona tendit la main et caressa les fesses de Caty…

– C’est bon ta caresse ! Continue !

– Ta peau est douce !

– J’ai envie de ta main sur mon sexe !

– Ecarte un peu les jambes !

– Voilà ma belle ! Je suis ouverte pour toi !

– Merci ! je cherche ta vulve !… Oh ! Comme tu es mouillée ! Je touche ton doigt ! Tu continues à te caresser ou tu me laisses la place ?

– Je te laisse faire Mona, ta main est si douce.

Mona appuya sa tête dans le creux des reins de Caty et commença à la travailler ! Elle sentait le corps de Caty vibrer ! Elle sentait la chaleur de cette chatte qui venait de jouir !…  Elle chercha et trouva le clitoris tout bandé ! Elle tenta au toucher de comparer avec le sien ! Elle remit à plus tard cette comparaison si Caty acceptait de la laisser voir son sexe ! Mais le corps de Caty ondulait fortement ! Elle introduisit deux doigts dans le vagin de Caty, alla jusqu’aussi profond qu’elle pouvait, bougea dans tous les sens et entendit alors le cri de jouissance de celle qu’elle crapahutait.

Elle retira sa main et fit les mêmes gestes que Caty. Elle huma l’odeur de ce sexe et goûta Caty comme Caty l’avait goûtée… Puis elle remit ses doigts dans la vulve de Caty et les porta vers sa bouche.

– Tiens Caty, goûte toi, sens-toi, hume ton odeur ! Dis-moi si tu es différente de moi.

Caty ne répondit pas… goûta son jus et respira son odeur. Mona s’était couchée contre Caty et continuait à lui parler. Caty attendait la suite des évènements, certaine que Mona allait prendre d’autres initiatives… Elles parvinrent à une douce ambiance d’échange amoureux. Mona se défit de ses vêtements et fut très fière de montrer à Caty qu’elle aussi n’avait ni soutien-gorge ni culotte. Elle se recoucha sur le ventre le long de Caty… Les deux corps nus exposés, les deux visages face à face…

– Mona ! Tu dors !

– Oh ! Oui ! pardonne-moi je me suis assoupie ! Les mojito passent mal !

– Pourquoi as-tu choisi Mona comme nom

– Parce que l’un de mes livres de chevet est Sexus ! Tu connais ?

– Oui j’ai lu Henry Miller

– Mon exemplaire de Sexus est tout écorné ! Je repérais ainsi toutes les pages intéressantes

– Tu aurais aimé être Mona

– Non ! j’aurais aimé être Henry et pouvoir baiser tout mon saoul. Mais j’aime aussi certains livres de Mémoire de Putains ou de courtisanes C’est dans un de ces bouquins que j’ai découvert deux femmes qui s’aimaient et alors j’ai fantasmé sur le cunnilingus.

– Ce soir-là tu t’es caressée ?

– Oui trois fois de suite

– Et il dormait à côté de toi ?

– Oui, il n’a rien entendu de mes orgasmes

– Tu l’aimes ?

– Oui c’est l’homme de ma vie.

– Alors, pourquoi es-tu là ?

– Parce que le soleil ne se lève que pour celle qui va à sa rencontre… Je sais que tu es mon soleil !

– Pour une nuit !… Mais lui n’est-il pas ton soleil ?

– Pas ce soir ! Ce soir c’est toi mon soleil ! Et je voudrais que tu te lèves pour moi que tu brilles pour moi, que tu me brûles de tes rayons ardents…

– Mais lui ?

– La chair des femmes se nourrit de caresses comme l’abeille du nectar des fleurs !

– Cela veut dire quoi ? qu’il ne te caresse pas ?

– Pas assez en effet… J’aurais aimé qu’il me découvre… qu’il ressente les spasmes de mon plaisir… Qu’il me parle de ses fantasmes…

– Tu voudrais que je te suce ?

– Pas sucer ! Caresser ! Sucer c’est vulgaire ! Oui je voudrais que tu me caresses le sexe ! Mais avant je dois me laver !

– Tu as peur de quoi ?

– J’ai peur de cette caresse ! Alors je voudrais être au mieux de ma présentation !

– Alors ! Vas y !

….

– Caty ! Viens voir ! Il y a un bidet à l’ancienne ! Viens me faire ma toilette intime !

…-  Oui comme cela ! Je sens tes seins sur mon dos ! Va bien jusqu’au fond

– Jusqu’où ?

– Jusqu’à l’anus ! Oups ! je brûle par là aussi ! Tu veux que je te fasse ta toilette aussi ?

– Oui mais dans la même eau que toi.

– Assieds-toi alors ! Ton sexe est doux

– Tu peux toucher mon anus ! Moi aussi j’aime cette caresse !

– Allez ! je me sèche ! Et on y va… vers l’inconnu et au-delà…

 

à suivre…

Caty et Mona – Premier orgasme de Mona en solitaire : 23 heures

Avertissement : Cette aventure, écrite sur commande a déjà été publiée sur le BLOG génial de Michel KOPPERA qui est l’auteur des illustrations et m’a apporter de très bonnes idées.

image007

Caty et Mona – Premier orgasme de Mona en solitaire : 23 heures

Caty eut un moment de doute… Il était encore temps de quitter cette chambre et de sortir de cette histoire ! Mais elle prit la main de Mona et l’amena vers le grand lit… Elle n’eut aucune difficulté à la coucher au travers… Mona lança son bras vers l’extrémité du lit souleva la couverture et s’y engouffra.

– Caty ! je vais me caresser pour toi. Tu ne verras que mon visage…

– Je te regarde ma belle !

– Ce ne sera pas long ! Car tu m’as drôlement émoustillée.

Caty se coucha à côté de Mona et contempla son visage… Elle savait que la main de Mona s’était glissée entre ses jambes et elle surveilla la montée du désir sur son visage… Elle vit sa bouche mordre ses lèvres, les yeux se fermer, les ailes du nez vibrer doucement… Mona vivait son plaisir et attendait un orgasme qui surgit brutalement. Pas un son ne sortit de sa bouche… Les yeux restaient fermés, mais l’orgasme était bien là, vibrant, long et intense… Caty n’osait pas bouger, elle ne voulait rien dire… Elle attendait que l’initiative vienne de Mona. Elle ne fut pas déçue… Mona dégagea sa main de sous la couverture et la présenta à Caty !

– Tiens Caty ! Goûte-moi !

– Mmmm !

– Suce- moi les doigts et dis-moi si je suis à ton goût.

Caty ne parla pas et suça les doigts de Mona en dégustant son jus. Puis elle huma le fumet de la vulve de Mona.

– Tu as bon goût ! Et j’aime ton odeur ! Tu te caresses souvent comme cela ?

– Oui quelquefois trois fois pendant la nuit

– Et tu ne fais pas de bruit pour ne pas le réveiller !

– Tu as deviné.

– Et avec un vibro ?

– Non, trop de bruit !

– Tu veux que je me caresse pour toi ?

– Oui j’aimerais te voir jouir !

– Mais je vais me déshabiller d’abord !

à suivre…

Caty et Mona – La décision : 22 heures 45

Avertissement : Cette aventure, écrite sur commande a déjà été publiée sur le BLOG génial de Michel KOPPERA qui est l’auteur des illustrations et m’a apporter de très bonnes idées.

  image004

Mona marqua encore un moment d’hésitation… On la sentait peser le pour et le contre. Caty la laissa faire tranquillement en imaginant toutes sortes de dialogues osés ou scatologiques. Elle ne se doutait pas qu’au fond d’elle-même Mona se préparait pour cette belle aventure qui lui tombait du ciel… Tous ces fantasmes ! Elle les égrenait les uns après les autres, ce qui provoquait une incontestable mouillure aux lèvres de sa vulve…  Elle se décida enfin en acceptant l’aide de Caty pour se lever péniblement du sofa. D’une main confiante elle saisit le bras de sa future amante, se pencha vers son oreille pour lui demander

– Comment t’appelles-tu ?

– Caty ! et toi ?

– Appelle-moi Mona ! J’ai peur

– Pourquoi avoir peur ! Nous allons simplement nous masturber ! Rien de bien grave.

– J’ai peur de ne pas y arriver !

– Je t’aiderai ! N’aie pas peur !

– Je t’apprendrai des mots dans ma langue.

– Si tu veux !

– Par exemple grabschen pour tripoter ou peloter.

– Je saurai te tripoter

– Je suis une Göre, une fille perdue

– Non ! tu es une femme tout simplement

– J’aime qu’on me reinjagen c’est-à-dire qu’on me pénètre, qu’on me nique, qu’on me trombine.

image006

– J’ai un gode dans mon sac ! Tu seras satisfaite.

– J’aime qu’on touche mon Tropfsteinhöhle.

– Je connais ce mot : il désigne le vagin ! Je sais toucher un vagin.

– As-tu enlevé tous tes Unterwald ? Es-tu rasée ?

– Tu verras je suis épilée…

– Oseras-tu venir dans ma Honighöhle dans ma « grotte au miel », butiner ma Honigblüte, « fleur de miel »), mettre tes doigts dans ma Honigdoserl, « boîte à miel ») et déguster ma Honigfeige (« figue au miel »). ?

– Oui je viendrai te sucer la chatte, boire ton jus, bouffer ta cerise.

Mona se soûlait de ces mots d’argot qu’elle ne prononçait plus de longue date… Caty jouait le jeu. L’ivresse des mojito s’estompait petit à petit, mais Mona avait besoin de cette échappatoire pour accepter cette folle, aventure. Caty cherchait encore sa stratégie pour faire l’amour à sa partenaire. La séduction était acquise… Il fallait maintenant conclure de belle façon… Mais elle savait aussi qu’elle prenait un risque… celui de se perdre dans une relation trop intime avec Mona… Une relation sans lendemain mais avec des souvenirs dont il faudrait bien se départir le plus vite possible.

C’était plus qu’une chambre… Une véritable suite qui attendait les deux jeunes femmes. Un vaste lit King Size, une salle de bain et sur la table quelques verres de Mojito pour le cas où… une musique d’ambiance les accueillit. Caty  reconnut son air favori et remercia les organisateurs pour ce choix

– Tu connais ?

– Bien sûr le seul concerto de Mozart écrit pour la clarinette… Koechel 600 et quelques…

Caty était surprise ! Pas si saoule que cela la Mona !

– Mais c’est aussi la bande son de OUT OF AFRICA, c’est mon film préféré…

– Karen Dinesen !

– Meryl Streep

– Karen Blixenof Africa

– Robert Redford

– Mais qui es-tu pour me voler mes souvenirs les plus intimes ?

– Et qui es-tu toi pour me poser une telle question ?

image005

A suivre…

Alors ! ! ! On danse !

Quand le sexe devient une production ou se résume à des performances alors il perd toute valeur, tout sens… Alors !

Dansez ! Dansez ! Dansez !

Soyez ouvert, réciproque.

Soyez fort, très fort,

Soyez maladroit comme pas possible.

Faite du bruit, beaucoup de bruit,

Taisez-vous soudain

Faite du désordre à réveiller les morts,

Mordez tout ce qui vous tombe sous la dent,

Griffez chaque espace de peau,

Poussez, ici

Tirer là,

Tenez ce qu’il faut tenir,

Purgez ce qu’il faut purger

Caressez partout, partout

Caressez-le et caressez-vous

Au moment de l’amour, oubliez la pression du moment.

Embrassez-le.

Profitez de votre corps

Apprécier son corps

Transpirez de partout,

Suez à pleine gouttes,

Soyez naturel,

Amadouez vos sens,

Donnez-vous du plaisir.

Bougez,

Secouez-vous,

Refusez son baiser,

Riez quand le rire arrive.

Parler avec vos mots,

Parlez avec votre corps,

Parlez avec votre âme.

Touchez sa peau,

Embrassez-le pour qu’il ait la chair de poule

Jouez avec ses cheveux.

Criez votre plaisir,

Mendiez votre orgasme,

Gémissez lorsqu’il arrive,

Soupirez après lui,

Laissez vos orteils se mettre en éventail,

Perdez-vous.

Perdez votre souffle ;

Gardez les lumières allumées,

Regardez ses yeux lorsqu’il explose.

Oubliez les soucis du moment,

Faites des choses qui n’ont aucun sens.

Oubliez vos attentes,

Dégustez chaque seconde, comme elle vient.

Défaite votre maquillage,

Décoiffez-vous,

Débarrasser-vous de votre humanité

Perdez votre ego.

Exploser ensemble,

Effondrez-vous ensemble

Fondez-vous l’un dans l’autre.

Caty et Mona – Première étincelle : 22 heures 30

image002

Avertissement : Cette aventure, écrite sur commande a déjà été publiée sur le BLOG génial de Michel KOPPERA qui est l’auteur des illustration et m’a apporter de très bonnes idées.

Caty se laissa guider vers le divan où une jolie blonde essayait de se tenir droit. Elle comprit tout de suite que cette personne n’avait pas supporté les mojito très corsés en rhum de l’organisateur de la soirée… Elle pensa que les chambres de l’étage devaient être toute occupées par des couples où l’on essayait de profiter de la soûlerie de l’autre pour prendre son pied. Elle s’assit à côté de Mona juste au moment où cette dernière tombait sur le côté… Le contact initial était génial… Caty tenta de redresser Mona n’y parvint pas au premier coup… Insista encore et dans ce combat dantesque toucha l’un des seins de la belle soûlarde… La réaction fut immédiate ! Mona se réveilla de sa somnolence. Elle essaya de repousser Caty pour lui faire comprendre que ce geste, pour ainsi dire cette caresse, ne lui plaisait pas.

– Déconne pas ma belle ! Je sais bien que ma main t’a plu ! Je l’ai senti aux vibrations de ton corps ! Je ne te plais pas ?

– Vous dites n’importe quoi !

– Non, je dis la vérité !

– Oui ! Vous avez raison… C’est la vérité votre main m’a été très douce… Et pour tout vous dire, vous me plaisez …

– Vous aussi vous me plaisez !

– On peut se voir demain ?

– Pourquoi attendre demain ?… Il y a de jolies chambres à l’étage !

– Comment savez-vous cela ?

– Je le sais parce que j’en ai utilisé une il y a quelque temps.

– Vous étiez avec un homme ?

– Bingo !

– Alors pourquoi me draguez-vous ?

– Parce que je préfère une Ovale Auster Lèvres vaginales à une Zauberflöte

– On peut jouer de superbes mélodies sur une Zauberflöte enchantée ! Même pas la peine de savoir lire les notes pour ça.

– Je préfère la Flûte Enchantée de Mozart et les lèvres d’une chatte

– Moi aussi j’aime les femmes… Mais l’occasion ne s’est jamais présentée !

– N’est-ce pas une bonne occasion ce soir ?

– Je ne suis pas prête ce soir… Je suis un peu paf… J’ai trop picolé et je ne pense qu’à une seule chose Handgreiflichkeit masturbation

– Cela tombe bien moi aussi j’adore me masturber ! Nous pourrons jouer ensemble.

– J’aime bien faire toute seule… C’est mon habitude lorsqu’il reste trop longtemps sans me toucher.

– Allez, viens ! Nous continuerons cette conversation là-haut ! Et si cela ne te plait pas tu partiras.

image003

à suivre…

Caty et Mona !

Avertissement : Cette aventure a déjà été publiée sur le site de Michel KOPPERA qui est l’auteur des illustration.

Présentation de « Caty et Mona » :

image001

Caty lors d’une soirée « mojito » bien arrosée se fait présenter par un ancien amant (Il) une parfaite Inconnue un peu ivre et qui vient de confier qu’elle aime seulement les femmes. Caty va sauter sur cette occasion, mais comme le dit l’adage « telle est prise qui croyait prendre ».

Cette folle aventure se déroule en quelques épisodes :

  • la rencontre,
  • la première étincelle,
  • la décision,
  • le premier orgasme de Mona en solo,
  • le premier orgasme de Caty,
  • Le second orgasme de Mona,
  • le troisième orgasme de Mona,
  • le second orgasme de Caty,
  • l’orgasme simultané de Caty et de Mona,
  • les jeux avec gode et dong,
  • les orgasmes d’adieu de Caty et de Mona et
  • les épilogues.

Bonne lecture !Caty et Mona – La rencontre : 22 heures

Il s’inquiétait de Mona qui s’était véritablement écroulée sur le divan à côté de lui… Il savait que cette jeune femme blonde venait de s’enfiler un nombre appréciable de mojito. Ne sachant comment entamer la conversation, il entreprit de lui raconter l’histoire du mojito. Les mots dansaient dans la tête de la jeune femme XVIe siècle… Francis Drake… La Havane…feuilles de menthe… tafia.

Elle eut un petit geste de la main vers son interlocuteur pour exprimer quelque chose ! Mais ne trouvait pas les mots…

Le récit technique se poursuivait inlassablement… rhum… citron vert… emblème… Cuba… Ernest Hemingway… Elle lui serra le bras se pencha vers lui et lui dit à l’oreille

–  Ah oui je connais :  « Das Ohr es war einmal ein alter Mann, der in seinem Boot, das in der Mitte des Golfstroms Angeln war allein. In  eighty-four tagen hatte es kein Fisch genommen. »

– Vous ne pourriez pas traduire pour moi ! sauf eighty-four que je comprends.

– Il était une fois un vieil homme, tout seul dans son bateau qui pêchait au milieu du Gulf Stream. En quatre-vingt-quatre jours, il n’avait pris aucun poisson

– Merci pour la citation

– Moi ! Cela fait quatre-vingt-quatre jours que je n’ai pas reçu une caresse !

– Vous voulez que je vous caresse ?

– Non mon ami ! votre présence est déjà une caresse ! Alors que vous pourriez aller vous amuser ! Il y a tant de jolies filles ici !

– Et si je vous disais que moi aussi je cherche des caresses…

– C’est votre problème ne comptez pas sur moi ! Je n’aime que les femmes !

– Vous êtes pourtant mariée avec un homme ?

– Et alors cela n’empêche pas ! Je rêve d’une femme entre mes cuisses !

– Par exemple cette jolie brune qui passe devant nous ?

Elle ouvrit les yeux regarda la jeune femme qui marchait avec un verre de Mojito à la main et qui ne se doutait pas qu’elle était l’objet de cette étrange conversation.

– Oh! Ja ! Elle me plaît ! Je sens qu’elle est toute pleine de chaleur humaine… Seine Augen sind hell… den üppigen Mund… Sie hat das Aussehen… schönen Arsch und eine schöne Brust …

– Vous ne pouvez pas traduire ?

– Ses yeux sont brillants… sa bouche pulpeuse… Elle a de l’allure… de jolies fesses et une belle poitrine

– Vous voulez que je vous présente ?

– Vous feriez cela pour moi ?

– Oui bien sûr ! je connais cette femme s’appelle Caty.

– Demandez-lui si elle est libre demain après-midi.

Il écarte Mona de son épaule, essaye de la caler dans le coin du divan, s’assure qu’elle se tient à peu près droite et va à la rencontre de Caty ! Le dialogue s’installe entre ces deux anciens amants !

– Bonjour Caty

– Bonjour Toi

– C’est toi qui me dois un appel téléphonique  ou c’est moi ?

– Tu n’avais plus beaucoup envie de moi lors de notre dernière rencontre catastrophique !

– Alors ! parlons d’autre chose ! Es-tu libre pour le moment ?

– Je fréquente ! Sans plus !

– Puis-je te présenter quelqu’un ?

– Un homme ?

– Non ! Une femme ?

– Qui t’a dit que j’aime les femmes ?

– Pendant un de tes orgasmes tu m’as avoué ton désir de femme ! Tu as même précisé que le cunnilingus ne peut-être fait que par une bouche féminine… Tu m’as même repoussé la tête pour me prier de te baiser car je n’y connaissais rien !

– Je ne me souviens pas !

– Peu, importe ! C’est oui c’est non ?

– Je ne répondrai qu’à l’intéressée ! Elle saura lire dans mon regard.