3

Publicités

Une réflexion sur “3

  1. Elle était si belle qu’un rien ne l’habillait. Vêtue de simples ornements de cuivre, elle se disait descendante de princesses, d’un royaume oublié des rives du Congo. Je savais bien, moi, que sa famille venait des bords de Seine. Mais je la laissais dire. Mieux, je l’encourageais, car elle me menait alors sous les frondaisons obscures et humides de ses rêves les plus secrets. Elle devenait divinité africaine, sombre et inquiétante, pleine et jouisseuse sans trêve et sans limite.
    D’autres fois, elle s’imaginait petite-fille de Joséphine Baker. Et je l’entrainais dans ses folies quand elle ne connaissait que peu de choses au jazz. Alors, je la voyais bouger à oublier mes références au classique. Elle devenait sauvage ! Et elle me demandait de la dompter.
    Je violais alors son royaume. Je m’introduis dans ses méandres les plus somptueux. Elle en gémissait à m’en faire perdre la tête…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s