La curiosité est un défaut et une école !

unnamed-18

Rénold et Etiennette venait de terminer une énième séance amoureuse… Couchés l’un à côté de l’autre ils replongèrent avec un délice partagé dans leurs souvenirs…

  • Et toi mon ami qui t’a dépucelé ?
  • une péripatéticienne tout simplement… Cela c’est passé tellement vite que je ne me souviens que de cette petite phrase qu’elle ma sussuré à l’oreille alors que je débandais : « tu rendras ta femme heureuse ».
  • Et cela a été le cas…
  • je crois que oui ! Mais elle n’est plus là pour en témoigner… Mais j’ai aussi été très curieux et j’ai eu la chance d’assister à ce jolies galipettes de mes oncles et tantes chez qui je passaient des vacances… Ils me considéraient comme un puceau naïf et ne prenaient aucune précaution pour se cacher…
  • Raconte ! Raconte ! Tu m’excites !

Cunnilingus !

  • Ma tante venait de terminer sa toilette intime… je l’avais vu se laver un peu comme ma chère péripatéticienne… Elle s’assit sur le bord du lit et continua à se sécher… ce geste lui plaisait visible car je pouvais lire sur son visage une espèce de grimace que je compris ensuite être les prémices du plaisir… Elle appela alors mon oncle qui entra découvrit sa femme couchée sur le dos les jambes pendante et la vulve béante… Ma tante lui demanda un petit service et je pu assister à mon premier cunnilingus… Clic Photo

unnamed-11

  • Tu m’excites ! Tu m’excites tellement ! Fais moi pareille !

La missionnaire et autres positions !

  • J’ai très vite compris que la missionnaire n’était pas la position favorite de mes acteurs… D’ailleurs dans cette position je ne voyais rien que les fesses de l’homme même si les bruitages me plaisaient bien : Oui ! Encore ! Baise moi ! Oh que c’est bon ! Tu es dur comme fer… Elle est douce ta chatte… Tu es trempée… Serre moi plus fort… et la mot final… AAAAH ! je jouiiiiis ! J’avais à la disposition de ma curiosité un véritable kamasoutra…
  • Raconte moi un exemple !
  • Plusieurs exemples si tu vous… Toutes ont comme thème commun le ballet inouïe des cuisses et des jambes de ces dames… C’est fou ! C’est prodigieux ! C’est magnifique ! Et derrière ces mouvement l’origine du monde comme dit l’autre qui se mets dans toutes ses poses pour recevoir l’hommage… L’homme aide bien sur ce ballet… Le guide… L’encourage… Cuisses en lévitation comme dans le vide… Cuisses repliées sur le ventre, cuisses écartées outrageusement impudiquement…
  • Est-ce mes cuisses volent aussi bien !
  • Oui tu es parfaite !
  • Comment les préfères-tu ?
  • j’aime bien lorsque tu as les jambes repliées sur ton ventre.. Clic Photo

image003

 

  • J’aime aussi lorsque tu les écartes Clic Photo

unnamed

Petit dialogue amoureux au déjeuner ! Avec quelques instantanés qui plaisent tant !

 

Rénold tout habillé vint annoncer à Etiennette qu’il partait maintenant et pour de bon… Elle en fut désolé et essaya encore de le retenir… A sa façon c’est à dire par la tentation…

  • Ne pars pas mon ami… Je t’ai fait à déjeuner… Et tu ne m’as pas encore parler de Justine ta défunte épouse…
  • Pas tellement envie de parler d’elle… Trop de souvenirs encore trop vivaces…
  • Aller ne fait pas l’idiot… Fait moi l’amour et raconte moi… Clic Photo…

unnamed

  • C’était bon tu sais ! J’ai eu un petit orgasme… Mais il fut délicieux… Assied toi près de moi et raconte moi… Elle était vierge lorsque tu l’as connue.
  • Non elle s’était fait déflorer par un oncle
  • Qui l’a violée
  • Non initiée… Toute une après midi en tête à tête, il a eut le loisir de lui faire découvrir son corps de 18 ans… Tout y est passé… Toutes les zones érogènes ont été explorées…
  • C’est elle qui t’a raconté cela ?
  • Oui ! Et elle prenait plaisir à donner tous les détails…
  • Et c’est à ce moment qu’il lui a fait perdre sa virginité…
  • Non pas du tout… L’oncle se refusait à « consommer »… Il lui montra tous les secret d’un homme, détailla bien la verge et ses mille secrets… Lui expliqua les plaisirs d’un frein bien flatté et d’un anus honoré par deux doigts… Ils dinèrent le soir… Et chacun regagna sa chambre… La Tatie revenait le lendemain…
  • Et alors c’est tout ? Oh encore envie de tes doigts… Branle, moi ! Caresse moi… Clic Photounnamed-22
  • Mais tu es insassiable aujourd’hui !
  • Alors le Tonton et la nièce sagement couchés dans leurs lit…
  • Alors ! C’est Justine qui vint le rejoindre dans son lit… Baiser sur la bouche, caresses en tous sens pour lui montrer comment elle était bonne élève, fellation avec nuages come on dit, flatterie sur l’anus…
  • Et alors ! Caresse moi ! Ton récit m’excite !
  • Alors le Tonton n’en tenant plus enfila une capote, lui fit un cunnilingus et commença à la baiser…
  • A lui faire l’amour… Tu veux dire…
  • Si tu veux… Il butait sur l’hymen… Et c’est Justine qui s’offrit à lui en le prenant tout entier en elle…
  • Elle eut mal…
  • Elle m’avoua qu’elle ressentit une douleur qui fut vite estompée par un orgasme sauvage qui dura de longues minutes… Le Tonton jouis à son tour et ils passèrent la nuit dans les bras l’un de l’autre…
  • Une caresse s’il te plait…. Clic Photo
  • unnamed-18

Instantanée 16

Petit dialogue amoureux au petit déjeuner.

Nous retrouvons nos deux amis amants devant un petit déjeuner copieux. Etiennette ne sachant pas ce qu’aime Rénold avait tout mis sur la table… L’ambiance était plutôt guillerette. Rénold, repus proposa qu’il regagne son domicile… Mais c’était sans compter sans la détermination d’Etiennette…

  • Mais pourquoi veux-tu t’en aller… Tu ne vois pas que j’a besoin de toi…
  • Je comprends mais je dois entrer…
  • Et moi je ne veux pas… Viens me faire l’amour une dernière fois… viens avec moi dans la chambre… Couche toi… je vais m’occuper de toi…
  • C’était comment avec ton mari !
  • Comment quoi
  • la baise !
  • On ne baisait pas mon ami, on faisait l’amour
  • Et c’était comment ?
  • Je dirais divin… cela a toujours été divin…
  • Et en comparant avec moi ?
  • Ce n’est pas comparable… C’est différent avec toi…
  • Mais pas divin…
  • Gros béta… C’est aussi divin mais différemment…
  • Que te faisait-il pour que ce soit aussi divin comme tu dis…
  • Tu veux vraiment que je te raconte ?
  • Oui ! maintenant que je suis tout nu… Je ne peux plus partir et j’ai tout mon temps…
  • Tu me feras l’amour tout à l’heure …
  • Comme tu voudras… Mais raconte moi d’abord…
  • Au début c’était très sage nous faisions l’amour à la missionnaire et puis sont arrivé les enfants et pendant une longue période les orgasmes se sont asséchés… Lorsque les enfants ont quitté le nid, nous nous somme vraiment retrouvés et mon mari ne cessait de trouver de nouvelles idées pour me rendre la vie heureuse… Nous avons exploré toutes les positions et nous avons tenté toutes les expériences sages…
  • C’était lui le moteur… Oui mais je suivais avec plaisir… La sodomie, le cunnilingus, la fessée…
  • La fessées aussi ! Et tu as aimé ?
  • Oui c’était douloureux quelques fois j’avais les fesses rouges, mais le plaisir attendait au bout du calvaire.
  • Tu voudrais que je te donne la fessée ?
  • Pourquoi pas !
  • Mais il faut la mériter cette fessée ?
  • mais je la mérite… Je ne suis qu’un misérable chienne qui court après les bites… Oui bat moi… Frappe moi… Punis moi…

Rénold s’en donnait à cœur joie… Les fesses d’Etiennette étaient rouge des tapes qu’elles recevait… Rénold l’embrocha soudain et elle jouit immédiatement sans demander son reste… Clic Photo

image005

  • Merci mon ami lui dit-elle…

Instantanée 15

unnamed-13Léo s’était vanté auprès de deux jeunes amis du plaisir que lui procurait Henriette… Ils voulurent à leur tenter leur chance… Mais Henriette n’avait d’yeux que pour la verge de Léo et deux petit morveux ne l’intéressait pas. En deux coup de cuillère à pot il furent dehors… Léo décida de les aider et leur confia la livraison hebdomadaire qu’il état chargée de faire… Au bout de quelques semaines Henriette compris qu’elle ne verrait plus et faute de grives se contentât de merles… Alors qu’est-ce qu’il vous a raconté votre copain Léo que je ne vois plus du tout… Que vous aviez une chouette méthode pour refroidir un sexe… Rien que ça… Et vous avez le sexe très chaude… Montrez les mois… Mmm ils sont mignon et petits… Mais bien chaud à ce que je vois … Henriette était assise dans son fauteuil et écarta les cuisses… Une magnifique vulve apparut car depuis la défection de Léo Henriette n’arrêtait pas de se branler à toute heure du jour ou de la nuit…. Son sexe était trempé… Christian le plus intrépide des deux s’approcha , baissa son jean et s’installa entre les cuisses d’Henriette… Laisse moi te guider mon petit… Voilà es tu bien installée… Oh oui Madame… Alors bouge donc un peu… Et moi alors dit Lucien… Qu’est-ce que je fais… Tu attends ton tour mon petit… Ce ne sera pas long je sans que ton copain va jouir… Clic Photo…

Ce que ne dit pas cet instantané : Christian eut des petits murmures pendant son éjaculation… Henriette presque insensible commenta… Ta verge est petite, mais qu’est-ce que tu craches comme sperme… Je suis inondée.. Lucien se mit alors en position et Henriette lui demanda… Tu veux dans le sperme de ton copain ou tu veux que je m’essuie… Tu as une service juste à côté… Non je préfère comme cela… Henriette lui montra le chemin… Il copula pendant quelques instants et jeta aussi sa gourme toute aussi abondante… Henriette était montée d’un cran dans le plaisir, Mais pas assez pour jouir… Lucien se retira à son tour… Henriette s’aperçue alors que Christian rebandait… Elle l’attira a elle, glissa sa verge raide dans son con… En lui disant… Cette fois c’est mon tour… Interdit de jouir… je te dirais quand… Il ne fallut pas de longtemps pour que Henriette pousse un énorme cri de plaisir lorsque l’orgasme la submergea… Et moi chanta Lucien… Attend je vais te faire passer par l’arrière… Elle coucha Christian sur le tapis s’emmancha de nouveau sur sa verge et ouvrant les fesses fit signe à Lucien de venir l’enculer… La séance se termina par un triple orgasme avec la promesse de ne rien dire à Léo.

Instantanée 14

unnamed-21

Tante SORA adorait faire la sieste après le repas… Elle s’asseyait dans un fauteuil sous les ombrages. Quelques fois nous la voyons se caresser et se donner du plaisir… Elle savait que nous savions et nous observait du coin de l’œil… Un jeudi après midi en plein été, la chaleur était forte et Tante Sora ouvrit un peu plus que d’habitude sa robe… Elle était nue et nous pouvions admirer ses seins et son sexe velu. D’un petit signe de la main, elle nous invita à l’éventée pour lutter contre la trop grande chaleur… Et c’est comme cela que l’un et l’autre nous nous sommes retrouvés tout à côté d’elle… J’ai encore chaud, mes amis… je vais défaire mon soutien gorge pour respirer un peu… Et je vais ouvrir les cuisses pour faire respirer ma chatte. C’était à notre sens de bien directes invitations à aller plus loin… Robert le plus jeune d’entre nous entrepris de lui caresser les seins et de verser sur eux quelques goutes d’eau qu’il venait lécher… La tante SORA se tortillait de plaisir… Elle souleva sa jambe gauche et la plaça sur mon épaule… Son sexe était béant et elle m’invita à l’éventé… Je le faisait avec un magazine et de temps à autre j’approchais mon visage pour souffler dessus… Sans qu’elle s’en aperçoive j’ai ouvert ma braguette, sorti ma verge et me mis à la caresser de haut en bas tout au long des lèvres qui s’entrouvraient. Elle me laissa la pénétrer pendant que Robert lui caressait la motte… Elle eut alors un bel orgasme… Clic Photo

image003

  • Bonjour mon ami…
  • As-tu bien dormi…
  • C’est bon tu sais d’avoir un homme dans son lit !
  • Tu es tout chaud… Tu sens bon… Laisse moi te toucher pour y croire…
  • Tu es tout nu… Tu n’as pas voulu de son pyjama… Tes bouts de seins sont durs…
  • Oh la belle verge… déjà réveillée, bien droite, bien dure…
  • Tu veux que je te prépares un petit café ?
  • Non ! J’ai plus envie de toi…
  • Déjà ! De si bon matin…
  • Il n’y a pas d’heure pour baiser !
  • Pas baiser… Faire l’amour… Mais alors prépare moi… Je suis bien sèche…
  • Oh oui ! je sens ! un vrai sac à moules…
  • Trop grivois mon ami… Tiens passe moi cette crème et cela ira mieux tu verras ! Quelques gouttes suffisent…
  • Oh que c’est bon tes doigts… Continue… C’est trop bon… Attends un peu laisse moi me retourner sur le ventre…Comme cela ! Oui ! Caresse moi encore !
  • Elle sont belles tes fesses ! Ton con est doux… Envie d’y mettre plusieurs doigts !
  • Oui ! vas-y ! Je suis prête… Je passe la main sous mon ventre j’attrape mon clitoris et…
  • Et quoi !
  • Fais moi jouir idiot… Fais moi jouir !
  • Oui ! je te sens jouir ! C’est bon de te sentir jouir… Mais j’ai envie de toi…
  • Viens donc mon ami… Viens me faire l’amour… Viens me prendre… Viens me pénétrer… Biens me baiser…
  • Ah ! tu vois que tu veux baiser…
  • Cela m’a échapper ! Non viens me faire l’amour…
  • Alors couche toi sur le dos…
  • Comme cela…
  • Oui ! Relève tes jambes…
  • Comme cela…
  • Tu es excitante dans cette position…
  • Maman ! J’ai peur…
  • Mais non je plaisantais… Viens en moi…
  • Pas si fort ! tu vas me casser…
  • je vais jouir Etiennette
  • Je jouis Rénold

Clic Photo !

6503544-9809589

unnamed-18La nuit allait bientôt tomber et Rénold pensa à partir…

  • Pourquoi es -tu si pressé ? Quelqu’un t’attend chez toi ?
  • Non personne !
  • Alors reste encore un moment
  • Embrasse moi… J’en ai encore envie…
  • Mais tu es insassiable.
  • J’ai envie…

Rénold la poussa contre le lit en l’embrassant sur la bouche… En même temps il lui passa la main au panier… Son sexe était encore trempé de son sperme… Elle frémit de plaisir Clic Photo…

  • Pourquoi ne dormirais-tu pas ici ?

Renold continuait à la caresser… Il sentit sa verge se réveiller et décida de rester pour baiser jusqu’à plus soif.

Instantanées 11 & 12

unnamed-9

 

Etiennette et Rénold (suite ce que ne raconte pas l’image) :

Assise à califourchon sur les deux accoudoirs du fauteuil les cuisses écartées la vulve pleine de la belle verge Etiennette n’avais pas mis longtemps à jouir Clic Photo…

Après son orgasme elle se mit à danser une petite valse lente qui la maintenait très haut dans le plaisir…

 

 

 

  • Tu n’as pas jouis mon coquin…
  • Embrasse moi…
  • J’aime tellement embrasser…
  • Tu aimes aussi baiser ma pouliche…
  • Non pas baiser faire l’amour…
  • Tu sens comme je suis mouillée…
  • Tu aimes ce que je te fais…
  • Elle est bonne ta bite… Elle me plait… Elle me donne du plaisir…
  • Tu parles toujours autant quand tu baises…
  • Non je ne baise pas…  Je fais l’amour…
  • Mais je fatigue un peu… Je vais descendre… Et me reposer dans ce fauteuil…
  • Je te regarde… Tu es beau…
  • Ta bite est splendide…
  • Viens près de moi…

Tu sais je ne suis pas qu’une paire de fesses… Non je sais tu es une femme délicieuse… Oui ! Tu m’as déjà dit cela… Mais encore… Tu as une belle poitrine… Ta peau est douce… Tu embrasses bien… Tu baises bien… Non je ne baise pas… Je fais l’amour…  Et si tu venais me sucer la chatte ? Aimes-tu sucer… Sais-tu sucer… Oui viens mon ami… Écarte mes lèvres… Passe ta langue… Plonge en moi… Suce moi… Déguste mon jus… Clic Photo.

Etiennette sous la violence de la caresse… Elle ne s’en souvenait pas… depuis le temps… Etiennette se tue enfin se réfugias dans ses souvenirs et dégusta le suçon que lui offrait Renold… Il s’y connaissait le bougre… et faisait étalage de toutes ses connaissances… Etiennette à plusieurs reprises frôla un nouvel orgasme… Renold continuait à sucer de plus belle et sa main gauche j’aventura dans la raie d’Etiennette… Elle eut un mouvement de recul… Mais la caresse était si douce… Son petit trou si agréablement touché par un doigt savant et bien humide de son jus qu’elle se laissa faire…  Elle souleva les deux jambes ouvrit de nouveau ses cuisses pendant que Renold saisissait un bel objet tout rond genre bâton de berger et le lui insérait dans l’anus… Cette fois la caresse était trop vive et l’orgasme la submergea…  Clic Photo.unnamed-22

unnamed-9Renold demanda pardon au Christ pour cette pensée grivoise qu’il venait d’avoir en regardant les fesses de sa voisine de devant… Lors du « Donner vous la paix » la dite voisine se retourna il vit un visage sans expression… Il se firent un hugh en signe de paix et il eut le temps de lui glisser à l’oreille : « t’as un beau cul tu sais »… Il sentit la femme frissonner et craint un instant qu’il recevrait une gifle en retour…

A la sortie de l’église Etiennette vint vers lui… Il craignit à nouveau le pire. Alors Monsieur trouve que j’ai un beau cul ? … Oui c’est la vérité… Alors venez prendre le digestif avec moi en début d’après midi. Nous sommes voisins et vous passez devant chez moi presque tous les jours… Je suis au 35 et je m’appelle Etiennette… Enchanté j’accepte votre invitation… On se tutoie non… Ok je suis Renold.

Il est quinze heures lorsque Renold toque à la porte… Étiennette l’accueil en petite tenue, lui fait la bise et le précède au salon. Invitation lui est faite de prendre un siège et il choisit un grand fauteuil avec accoudoirs… Etienniette lui sert une coupe de champagne et les deux nouveaux amis trinquent à leur rencontre… La conversation s’oriente sur les derniers événements du quartier puis Etiennette interpelle subitement Rénold… Ainsi j’ai un beau cul… je retire mon propos de ce matin… Vous êtes une belle femme et dans cette nuisette, vous êtes bien appétissante… TU TU TU ! revenons à ce matin à la messe et à mes fesses qui vous plaisent tant ! Vues de plus près, vous plaisent-elles toujours… Tout à fait… Je peux ?… Tu es chez-toi… fais donc… Tu n’as pas peur d’aller chercher ma verge… Non pas du tout… Ah la voilà ! Splendide ! je peux te dire quelque chose… « T’as une belle bite, tu sais »… Merci pour le compliment… Je peux ? Tu es chez toi… La jambe droite sur le premier accoudoir… La jambe gauche sur l’autre accoudoir… Me voilà en position… Guide ta verge en moi… Oui comme cela… c’est bon, c’est foutrement bon… Tu vas me faire jouir… Clic Photo… La suite des aventures d’Etiennette et Renold bientot !