Nelly et Tatie : suite !

  • Et quoi de nouveau, Nelly ? Toujours le grand amour ?
  • Oui ! C’est de mieux en mieux ! de plus en plus fort !
  • Alors ! Tu es heureuse ! Tu es comblée !
  • Oui ! Mais cela ne m’empêche pas…
  • … De chercher ailleurs…
  • Non pas ailleurs… De chercher autre chose !
  • Mais encore !
  • D’autres plaisirs… D’autre jeux érotiques !
  • Et lui ne t’en trouve pas ?
  • Ce n’est pas son genre… Lui c’est le grand classicisme… Génial… Mais classique !
  • Et toi même…
  • C’est simple… je veux tout…
  • Tout ! Mais encore !
  • Par exemple : faire l’amour avec une femme !
  • N’importe quelle femme ?
  • Non ! J’ai mes critères…
  • Ah bon ! Et lesquels !
  • J’aurais des préférences pour une femme mature !
  • … Grande
  • … Elégante,
  • … Blonde,
  • … Au visage souriant,
  • … Avec un vrai talent d’initiatrice,
  • Je rentre dans ce cadre on dirait !
  • Je n’y pensais pas… Mais à la réflexion !
  • Et tu sais si j’ai du talent d’initiatrice comme tu dis ?
  • Tu m’as bien conseillée l’autre jour !
  • Viens m’embrasser… On verra plus tard si nous signons un contrat !
  • Tes lèvres sont douces, ta langue est agile, ta salive est délicieuse et tu sais embrasser… je n’ai rien à t’apprendre de ce côté.
  • J’ai aimé moi aussi… On peut recommencer…
  • Si tu veux… Installe toi plus prêt de moi… Place ta main entre mes cuisses… Embrasse moi…
  • Tu me fais mouiller…
  • Oui je le sens sur mes doigts… Tu ne portes pas de slip ? Moi non plus…
  • C’est mon petit cadeau de bienvenue…
  • Merci ! Un bien beau cadeau… J’apprécie autant que ton parfum…
  • Et moi que puis-je t’offrir qui puisse te faire plaisir ?
  • Devine ma tante… je te laisse deviner…

Je sentais sous mon doigt la dureté de son clitoris… je savais qu’il bandait lui aussi… mais je n’osais pas lui proposer que je la suce…

  • Viens ! Allons dans la chambre !
  • C’est votre chambre ?
  • Oui ! La chambre de ton Oncle Paul et la mienne… cela t’embête !
  • Non un peu émue… Mais ça ira !
  • Viens ! Couche toi en travers du lit et montre moi tout…
  • Je peux !
  • Fais ce que tu veux… Je te fais confiance…
  • Que souhaiterais-tu ? Un cunnilingus par exemple !
  • Pourquoi pas… Mais je risque de jouir tout de suite…
  • Alors allons-y…

Tatie s’installa alors entre les cuisses de Nelly et débuta une partition de caresses toutes aussi osées les unes que les autres… Les doigts papillonnaient, sa langue lovait d’une lèvre à l’autre avant de se coller sur le clitoris tout dure… Son nez était agressé par l’odeur de cette jeune amante et elle dégustait cette odeur de femme… Mais ce qui impressionna le plus Tatie ce fut l’élasticité de cette vulve. Elle semblait pouvoir résister à tous les étirements les écartèlements…

  • .. T’es-tu déjà fait fister ?
  • Je ne sais même pas ce que fister veut dire…
  • Je vais te montrer…

Tatie avait toujours trouvé cette expression ridicule… ce n’est pas le poing que l’on enfonce dans un con ou dans un anus… Surtout pas un poing fermé qui a une forme d’obus bien difficile à manier… Non la main en forme d’ogive… Voilà le vrai instrument, le vrai jouet… Alors, elle réuni les quatre doigts et en vrillant sa main tente de l’introduire… la pénétration est aisée… Sa main est trempée du jus abondant de Nelly… Son pouce se balade en direction de l’anus… Pas le temps de l’attouchée… Tatie glisse son pouce entre l’index et l’annulaire et continue lentement sa progression à l’intérieur de Nelly… Les deux éminences sont pratiquement collée l’une à l’autre et la main vit continue sa progression… Reste à faire passer les cinq trapèze et soudain la main est comme aspirée… les lèvres de la vulve atteignent le poignée… Nelly touche son clitoris  et se laisse emporter par un violent orgasmes. Tatie contemple le bonheur, le plaisir révélés cette main qui à l’évidence se trouve être l’organe de la caresse… Elle est elle même surprise et émue de son geste premier et fou. Comment le qualifier… C’est une caresse… Mais encore qu’elle caresse…

  • Coucou Nelly… Je ne t’entends plus ?
  • Je reprend souffle après cette caresse…
  • Tu as apprécié j’espère… Moi je cherche des mots pour la qualifier

soudaine, comme cette soudaine envie de te fister
curieuse comme cette découverte de ta vulve si souple.
ardente comme une flamme,
brutale comme un viol,
chaude comme le jus qui coulait de toi,
amicale ! Oh que oui,
maternelle ! pourquoi pas
innocente puisque initiatrice,
tiède comme les chairs qui entouraient cette main,
habile comme une main
excellente comme la main qui la prodigue
voluptueuse en diable
douce en intension,
tendre et subtile puisque désirée,
donnée avec tant de passion,
échangée plus que donnée,
prodiguée par une maitresse à son élève
reçue avec confiance,
implorée dans ses phases ludiques,
sentie jusqu’au plus profond du con,
ressentie jusqu’au fond de l’âme,
Jamais repoussée,
répondue par une chair frémissante,
accablante après l’orgasme déclenché,
Une caresse qui comble le corps et l’esprit,
capable de transformer une femme
qui couvre,
qui mange,
qui prive de toute sensibilité,
qui rend insensible.

Nelly est comme transformée… N’est-ce pas le rôle de la main de transformer la femme. La main n’est elle pas par excellence, l’organe de la caresse.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s