La question est…

Elle l’observa pendant plusieurs minutes, perdue dans son propre monde érotique.

Il y a peu de choses qui puisse l’allumer comme le regarder vivre dans son propre bonheur ; lui-même, sa main exécute lentement le long de sa belle bite dure, une caresse destinée à l’amener à l’orgasme.

Mais ce soir elle voudrait partager. Elle pouvait voir qu’il s’approchait de la fin, pourrait voir comment engorgée et désespéré sa queue était, quelle distance il devait exploser ; et vite de se déshabiller pour se promener toute nue dans la pièce.

Il sourit, un sourire lourd et lubrique, ses yeux sombres avec excitation et elle sentait l’humidité dans sa chatte qui coulait lentement à l’intérieur de ses cuisse.

Elle était trop excitée pour se contenter de le regarder se finir ou de le prendre dans sa bouche.

Ce soir, elle allait le chevaucher, l’enfoncer en elle, le prendre profondément à l’intérieur de son corps mouillé et chaud, l’utiliser pour son propre plaisir.

Oui ce soir, elle allait les tirer ficelles….

En l’attendant, il se branlait !

Plusieurs fois il atteint le sommet de son excitation.

Enfin, elle entra dans la chambre, avec une démarche très sensuelle et voluptueuse.

Il continua à se caresser. Il caressait sa bite lancinante et la regardait, sachant comment elle était humide.

La question qu’il se posait était : va-t-il jeter sa gourme pour l’éclabousser ou va-t-elle venir boire son sperme à la source ?

L’amant fantasmé.

Elle l’avait rencontré lors d’une soirée.

Il avait été un bon cavalier servant.

Et surtout il était élégant et bien élevé.

Il avait :

  • Des mains à faire pâlir un pianiste.
  • Un regard perçant
  • Des chaussures noires bien cirées

Mais il avait une telle manière de jouer avec les mots.

  • Qu’elle en frissonna.
  • Qu’il la rendit mal à l’aise.
  • Quelle fut troublée
  • Qu’elle mouilla.

Elle essaya alors :

  • D’être forte.
  • De lui résister.
  • De lui échapper.

Mais il y avait quelque chose d‘étrangement irrésistible  entre eux, qu’elle ne comprenait pas tout à fait.

Elle a passé la journée à :

  • Rechercher de choses érotiques.
  • Regarder des images sensuelles.
  • A lire des textes tellement explicites.

Elle se souvenait de ces mots sortant de sa bouche et qui signifiait beaucoup plus. Et comme elle était dans son lit à côté de son mari.

Elle repensa.

  • A leur conversation interdite de cette après-midi.
  • à ses chaussures.
  • A ses cheveux.
  • A son regard.
  • A ses mots.

Elle se surprit à imaginer

  • Ses habitudes.
  • Ses exigences.
  • Son désir d’une belle chatte humide.

Elle n’a pas pu s’empêcher alors.

  • De glisser doucement sa main entre ses cuisses.
  • De toucher sa chatte humide et chaude.
  • De titiller d’un doigt magique le corps de son clitoris

Elle a pensé très fort à lui et au point de

  • Le sentir près d’elle.
  • La faire couler comme une fontaine.
  • Lui enfoncer les doigts à l’intérieur d’elle-même.
  • Lui mettre sa verge dans son con.

Elle a fantasmé alors

  • Sur sa grosse bite épaisse venant en elle.
  • Sa langue amoureuse caresser doucement son clitoris.
  • Ses doigts glissant le long de ses lèvres gonflées.
  • Son corps lourd et musclé.

Il lui a semblé qu’ils baisaient pour de vrai. Elle a senti alors

  • Ses mains sur son corps.
  • Sa bouche sur sa bouche.
  • Chaque centimètre de sa belle érection, dure comme roche, s’enfouir à l’intérieur d’elle.

En fin de compte elle a rendu les armes, elle s’est offerte totalement à ses pensées érotiques.

Et il l’a fait jouir brutalement.

Elle a

  • Mordu sa lèvre.
  • Essayé de ne pas faire de bruit.
  • Essayé de ne pas bouger.
  • Essayé de ne pas laisser le plaisir qu’il lui donnait la submerger.
  • Essayé de repousser l’orgasme qui sourdait dans son corps comme un million de pétards.

La tension, qu’il avait créée en elle, avec ses simples mots, imposait cette sa forte présence presque réelle.

La personne qui dormait à côté d’elle s’est alors réveillée.

Certains soirs, loin de lui, c’est comme une déchirure de son âme…

Cette histoire n’est pas la mienne, mais j’espère que quelque part, un jour, ce fut une réalité.

Venus ! réédition !

tumblr_le5z8eduIy1qdg330o1_500

La bouche de Vénus ! Et ce sont une fois de plus les mots de Vénus !

Ha !
Ce que sa bouche me fait envie
Que j’aimerais baiser sa bouche ravissante
Malmener sa bouche
Pénétrer de ma langue sa bouche
Jouir de l’antre chaud de sa bouche

Cette bouche réceptive et entrouverte
Bouche accueillante
Bouche appétissante
Bouche douce
Bouche posée à la limite de la mollesse
Bouche chaude
Et même bouche chaude et humide
Bouche à la langue intrusive
Bouche frôlant mon oreille droite
Bouche au creux de mon cou
Bouche entrouverte
Bouche magnifique
Bouche exquise
Bouche gourmande
Grande bouche sensuelle
Jolie bouche
Jolie petite bouche
Splendide bouche
Une bouche, wow !
Une bouche humide et froide
Une bouche avide de déguster des fruits tendres
Une bouche superbe
Une bouche, ouf !
Une bouche se faisant
Féline,
Gourmande,
Salivante,
Audacieuse
Frôlant ma chatte ruisselante

Mais Vénus m’émeut aussi Lorsqu’elle Délaisse sa bouche Pour décrire une bouche virile Une petite bouche de pervers Une bouche, assoiffée de son plaisir, Et qui viole ses entrailles écartelées Une bouche qui s’aventure dangereusement Une bouche si habile à fouiller l’antre de sa chair Bref une bouche sur sa chatte offerte

Je reste bouche bée Devant le viol de la bouche d’Emma Et les jolies succions de la bouche de Vénus

L’eau me vient à la bouche Quand sa bouche devient soudain molle, Légèrement ouverte Beaucoup plus sensuelle, plus réservée Lorsqu’elle embrasse à pleine bouche, avidement Lorsque sa bouche engouffre si lentement, si profondément une verge Un membre majestueux en bouche La bouche totalement déformée

Et Vénus derechef m’offre jouissance Avec cette bouche gourmande de sa chair Une bouche inconnue Une bouche sèche Une bouche avide de la sienne Avec deux bouches indécentes Qui la dévore crûment Pendant qu’elle reçoit en bouche La jouissance de sa partenaire

Hommage à tes “mots de bouche” Chère Vénus.
Caty

La preuve en mots :

J’en suis bouche bée devant ces folles images offertes par Vénus.
J’en ai l’eau à la bouche Ha ! Ce que ces bouches me font envie
Et je repense soudain à ces très beaux textes de Vénus parsemés de bouches :
Bouche aimant se faire baiser
Bouche appétissante
Bouche assoiffée de plaisir, violant des entrailles écartelées
Bouche aux jolies succions,
Bouche aux lèvres délicates, gracieuses qui s’entrouvrent pour y accueillir un sexe érigé !
Bouche avide
Bouche avide de son jus
Bouche chatte,
Bouche chatte, chaude et humide,
Bouche chaude
Bouche chaude et salivante à l’orée d’une chatte offerte
Bouche déformée par une verge énorme
Bouche devenant soudain molle,
Bouche douce aux lèvres fermes et chaudes
Bouche dure et dirigeante,
Bouche entrouverte
Bouche exquise qui ne demande qu’à être goûtée, embrasser, pénétrée…
Bouche féline, gourmande, salivante, audacieuse
Bouche frôlant une chatte ruisselante…
Bouche habile à fouiller l’antre d’une chair
Bouche inconnue qui déguste une entrejambe
Bouche légèrement ouverte
Bouche magnifique
Bouche plongeant sur un sexe détrempé, ou une vulve maculée
Bouche prête à déguster,
Bouche pulpeuse, aux lèvres ressorties
Bouche qui jute
Bouche qui jute et qui suce
Bouche qui suce,
Bouche ravissante
Bouche réservée, gourmande de la chair, dégustant une parcelle d’effluve génitale
Bouche s’entrouvrant,
Bouche salivant
Bouche sèche,
Bouche sensuelle
Bouche sensuelle et sucrée
Bouche splendide
Bouche sucrée
Bouche superbe avec une queue en bouche
Bouche violée,
Bouche, wow
Grande bouche sensuelle
Jolie petite bouche en cœur bonne à baiser

Mais que serait la bouche sans un regard, une verge, un pénis, une vulve, une main, une autre bouche, un geste, un cri, un soupir, une joie… Alors Vénus nous comble de mise en scène que dis-je de mise en bouche avec

des cunnilingus,
des fellations,
des léchages, de sexe féminin,
de sexe masculin,
des suçons, des bas ventre palpitants,
des chattes chaudes et ruisselantes,
des queues pointues,
des culs léchés,
des femmes baisées,
des muses dévorées,
des salopes mangées,
des pucelles enculées,
des têtes glissant entre des cuisses,
des lèvres léchant délicieusement des antres dégoulinant,
des langues pointant des culs,
fouillant des anus,
une folle se goinfrant d’un membre majestueux !

Moment de purs délices charnels… hummmmm
Caty