La femme mure

Nous venions de faire l’amour… Nous étions étendus l’un à côté de l’autre enveloppés par la musique de Mozart

  • A quoi penses-tu

  • Je revois les images de OUT OF AFRICA ! Et toi !

  • Je revivais un bien agréable souvenir !

  • Raconte-moi.

C’était une femme mure de la vieille école : elle s’appelait Anne, et son sexe ressemblait à ceci :

Elle était la mère divorcée d’une amie et elle fut la toute première femme plus âgée que j’ai connu, on dira ma première femme mature.

Pendant tout l’été, avant ma dernière année de lycée, elle m’a appris comment faire l’amour à une femme.

Je peux encore aujourd’hui sentir son odeur, son parfum, la senteur de ses draps et de ses oreillers. Au bout de mes doigts j’ai encore le grain de sa peau !

Je me faufilais dans sa chambre, me glissais dans son lit, et je baisais frénétiquement (comme seul un jeune de 17 ans peut le faire), je jouissais, mais je continuais à baiser jusqu’à ce qu’elle vienne à son tour, (elle était amusée que je reste dur après avoir éjaculé) puis je jouissais à nouveau. Elle aimait ça.

Les troisième et quatrième fois ont toujours étaient plus lentes, plus délibérées, plus méticuleuses.

Elle pouvait alors me guider pour faire toutes sortes de choses, et m’apprenait tout ce que les femmes aiment.

Un jour pour la première fois elle m’a fait gouter mon propre sperme mélangé à son jus ; une autre fois j’ai appris comment explorer une chatte, comment grignoter et sucer un téton, comment embrasser une bouche, comment titiller un clitoris, comment peigner les poils d’un pubis, comment tâter un anus, comment tirer les cheveux d’une femme pendant qu’elle vous suce.

Ta chatte ressemble à la sienne !

Ta chatte ressemble à la sienne !

Elle a aimé mon corps et bien sûr, ma bite : elle aimait griffer mon dos de ses ongles.

J’étais son jouet sexuel, mais j’ai apprécié chaque minute passée avec elle…

Ma femme n’a jamais su cela ! Il est vrai qu’elle aura profité de ce transfert de technologie amoureuse si généreusement offert lorsque j’avais 17 ans et que je pouvais jouir 5 fois d’affilé sans jamais débander.

  • Merci Anne ! j’en ai profité aussi ! Viens me faire l’amour !

J’aimerais bander jusqu’à vous !

J’aimerais bander jusqu’à vous

Tendrement glisser sur votre cou

Poser sur vos lèvres , mon bout …

Sentir votre langue …s’avancer vers mon trou

Curieuse, insidieuse, me rendant fou.

Que J’aimerais bander jusqu’à vous..

 

Votre désir de bander jusqu’à moi me comble de désir

Tendrement votre sexe glisse sur mon cou… je le sens chaud et dur

Vous vous posez sur mes lèvres et votre bout cherche déjà à me pénétrer…

Votre odeur de mâle me pénètre et ma langue fouille votre méat…

Mais vous devenez fou votre énorme verge s’avance dans mon trou

Elle emporte tout sur son passage…

Curieuse… Oui !

Insidieuse… Oui,

Volumineuse à m’étouffer…

Longue à m’asphyxier

Grosse comme jamais…

Juteuse enfin pour m’inonder la glotte et m’offrir votre délicieux nectar…

J’entend le clapotis de votre vis dans ma bouche inondée…

Mes papilles goûtent le sel étrange de votre sperme…

Vous couilles ballotes à mes lèvres… et vous bander en moi…

Jusqu’à quant banderez vous vers moi ou en moi !!!