Le premier baiser

Le tout premier baiser

Le tout premier baiser

Ce premier baiser

Ce premier toucher hésitant des lèvres

Première tentative

Premier test

Premier goût

Première dégustation

Première requête

Recherche silencieuse d’une permission

Ce subtil moment

Quand les lèvres cèdent

Les bouches s’entrouvrent

Les langues se touchent

La première étincelle

Le premier flash électrique

Dans le bas de la colonne vertébrale

Ce soudain frisson

Qui la fait fondre

Qui le fait durcir

Ce n’est que le premier baiser

Mais déjà le désir de se rapprocher de l’autre

Le plus près possible

Sentir les contours de son corps

Sentir sa chaleur

Sentir son sexe

Atrocité de ce besoin d’en vouloir beaucoup plus

De cette nécessité absolue d’un plus

Et ainsi le baiser devient plus profond

Les  mains

Les langues

Le souffle

Tout le corps entre dans le jeu

Tirant

Donnant

Quémandant

Voulant toujours plus, beaucoup plus

Partageant

Découvrant

C’est le premier baiser…

Premier baiser

Ce premier baiser, comme toute première fois peut avoir différents visages et pour mon compte, il reste toujours le premier en fonction du visage justement de celle que j’ai tenu entre mes bras, selon qu’elle porte un collant, des bas, que ses jambes soient nues, que son ventre s’offre se laisse prendre ou que légèrement il se retienne…
Ce premier baiser peut être de braise, avant goût d’une belle baise, d’un embrasement des chairs, ou juste un moyen d’atteindre une explosion des sens, un orgasme véritable par pénétration des langues, des souffles, des mains qui s’étreignent, convulsion des attentes de l’un et de l’autre et se conjuguent et s’unissent sans pour autant qu’il y ait eu un véritable acte sexuel…
Et puis les cœurs retrouvent leur rythme, le trouble s’estompe, elle retrouve son paquet de tabac, se roule une cigarette, lui offre une taffe, un remerciement de lui avoir montré un autre chemin vers cette douce jouissance, une autre fois, sur un autre visage, ce sont deux mains qui se prennent et elle l’entraîne en dehors de la salle du mariage du frère aîné, et ensemble ils se dirigent vers le champ tout proche, ils écrasent les épis, elle déboutonne sa robe, offre sa poitrine son sexe et l’aide à ôter la ceinture de son pantalon. Repus de ce premier baiser ils vont se donner l’un à l’autre, s’offrir et prolonger ce premier baiser avec tendresse gaité simplicité, se dévoilant en toute sérénité aux seuls rayons d’un soleil, à un amour naissant, ou peut être juste à un moment passé ensemble et qui ne restera qu’un souvenir, un éclat de lumière dans sa jeune vie de post adolescent, lui restant tout à apprendre de la vie, de l’amour, du sexe…
Un premier baiser, peut aussi être le début d’une rencontre et qui se prolongera… ou pas… qui ne restera jamais qu’un baiser de plus, sans suite, sans que les corps jamais s’unissent, un baiser inachevé qui gardera un goût de trop peu, un goût de pas assez, un goût légèrement amer, un arrière goût d’amertume et de regrets aussi.
Autant de premiers baisers qui restent pour moi toujours de belles découvertes, des entailles, des marques légères ou sensuelles, des premiers pas, des marches aussi vers toujours plus de joies qui viennent jalonner le parcours dune vie riche de tous ces premiers baisers, jamais inassouvie, jamais repue, sans cesse à recommencer.

Merci Caty pour ce joli texte qui m’a replongé dans la mer douce riche et enveloppante de presque toute une vie de souvenirs

Deni