La-beauté-reprenant-le-dessus

 

Et puis c’est la beauté qui reprend le dessus…

Monsieur s’étale au lit, en bête paresseuse,

Madame le secoue et s’introduit, joyeuse,

Le vit ferme et fringant, et ne l’enlève plus.

 

Parfois c’est la colombe, étendue et superbe

Qui dans l’écartement de ses jambes, fait don

Au cher ami d’un crac ouvert, dont le bouton

Semble un rubis éclos au sein d’un noir flux d’herbe

Magnifique de grâce et de beauté.

050616060224

                Un chemin conduisant de l’orgasme de l’esprit, calme et serein à l’explosion des sens…

Magnifique de grâce et de beauté. L’éclairage sur les seins, les mains. La composition qui met l’accent sur les intentions du peintre. Le regard sur cette lettre. La gravité du regard. Le drapé de couleur pourpre qui s’élève, érectile, phallique. Et la main qui l’empoigne. A la fois douce, ferme, éjaculatoire. Quant à l’étoffe sous la main, sur le ventre et qui couvre le sexe, elle est froissée en forme de vague, de ces ondes merveilleuses et qui mènent forcément à la jouissance du corps. Chemin qui conduit de l’orgasme de l’esprit, calme et serein à l’explosion des sens…
Voilà ma lecture, celle de cette lettre mystérieuse. Mais qui pour moi, n’a plus aucun secret. Il ou elle l’aime. Le lui dit et qu’il ou elle arrive bientôt, là, juste derrière les minutes, les secondes qui les séparent encore mais qui vont les réunir, réunir les odeurs, leurs parfums ; son sperme, sa douce liqueur ; leurs âmes ; pour une heure ; ou pour l’éternité…
Rêvons et merci pour ce merveilleux tableau
Denis