Pour Vénus que je n’oublie pas : une douce soumission !

image_13Lui et moi sommes faits pour faire l’amour ensemble, pour nous amuser ensemble. Nous nous rencontrons à quelques reprises et ne profitons que du meilleur des deux côtés de la vie de couple. Avec lui, c’est fort, érotique, cochon, sensuel, lubrique.  J’adore cet homme. Ce qui me passionne, c’est son mutisme lorsqu’on baise, sa façon de réagir lorsque je le regarde, et à le regarder, on veut se l’approprier, on veut sa bouche, ses mains, sa verge, son poids, son énergie, ses saillies, ses couilles, son jus. Mmmmm

Je suis toujours en manque de lui ; à peine nous sommes nous quitter que je le vois partout, que je le veux lui, encore, que je veux toucher ses hanches, ses bras, je veux sucer son sexe de ma bouche avide de son sperme… D’ailleurs, il vient de me fixer un rendez-vous… dans une heure. Cela me laisse peu de temps pour me préparer puisque j’ai tout de même besoin de 20 minutes pour me rendre chez lui. J’ai à peine le temps de me laver et de mettre des vêtements propres… Culotte ? non pas de culotte… soutien ? Non pas de soutien… si je pouvais j’arriverais nu chez lui… En repassant dans la chambre j’attrape mon gode, le plus gros… celui qui vibre tellement fort. Finalement, vingt et une heures tapantes, j’arrive chez lui. Inutile de sonner, je connais le chemin.

J’entends des bruits dans la salle de bain, des bruits étouffés, je comprends qu’il termine de se laver… la porte est fermée. Je suis excitée de savoir qu’il ignore encore mon arrivée, ce qui m’inspire un petit scénario de pseudo agression. Un à un je laisse tomber mes vêtements… pas difficile, un chemisier et une jupe   Me dirigeant vers la porte, je me fais mon scénario … je suis entré par effraction… je vais donc jouer le jeu jusqu’au bout. J’ouvre donc la porte de la salle de bain. Il pousse un cri de surprise en me voyant entrer, ce qui me confirme qu’il ignorait totalement mon arrivée.  Cela me fait sourire, mon plan me plait. Il arrête donc de se sécher et laisse tomber la serviette sur le sol. Il me regarde. « Ça va dis-moi ? comme tu es belle toute nue »  Je ne lui réponds pas… je ne réponds pas… je le contemple… Lui aussi est beau tout nu.

Il s’approche visiblement avec l’intention de m’embrasser.  Cela ne fait pas partie de mon plan, alors avant que ses lèvres ne rejoignent les miennes, j’agrippe son sexe en le repoussant.  Je n’avais jamais tenu une verge de cette façon, je la trouve molle et souple mais soudainement, elle durcit et s’allonge… me prend l’envie de me la mettre tout de suite dans mon vagin… Mais je perdrais mon scénario… Je reviens donc à mon idée d’agression… Je lui fixe les yeux pour qu’il comprenne qu’il est ma proie.  Je maintiens la pression sur sa verge et le pousse contre le mur.  Son regard incertain, un mélange de peur, d’incertitude et d’excitation me fait couler sur le champ.  Le fait qu’il ne se débatte pas me permet de croire qu’il aime la situation.  Toutefois, je ne voudrais pas que l’agression ne soit trop agréable.  Je dirige mes lèvres vers les siennes et l’embrasse telle une femme en manque au retour de son pirate de mari.  C’est moi qui embrasse!  Je me sens vraiment obsédée par mon scénario et par son corps. Je le sens si désemparé que j’en profite pour aller plus loin.  Je me demande jusqu’où il me laissera aller, à quel moment il me criera que c’est trop.

Je glisse ma main libre le long de sa taille jusqu’entre ses cuisses. Je m’appuie sur son dos pour le contraindre sur le mur et je soulève sa jambe sur ma hanche. Je sais que dans cette position son anus est béant et juste à y penser je suis excitée.  Ses yeux sont tel un chevreuil ébloui par une forte lumière… j’aime mon rôle.

Je ne relâche pas sa verge… Elle passe de dur à rigide.  Il bande comme un turc, Ggrrrrrr…   j’aime.  À ce moment je prononce mes premiers mots « Tu as envie que j’abuse de toi mon grand, tu as envie de te sentir pénétré, rempli… que ton anus te fasse mal de plaisirs » je me surprends, je n’ai jamais parlé de la sorte à un homme, surtout pas à lui. Au même moment, je m’appuie plus fort sur lui pour m’assurer de demeurer en contrôle et j’enfonce deux doigts dans son cul. J’explore son anus à ma guise…

Sa verge vibre dans ma main, et j’essaie de la branler en écartant mes doigts et refermant mon poing.  J’aime sentir cette chair obéir à mes caresses, j’aime le sentir vibrer au son de mes mouvements… et j’aime aussi le faire languir. Ainsi, au moment où je sens que la caresse lui plait, je retire mes doigts et le laisse pantelant.  Je lui indique donc mes intentions « Ce que je désire t’enfoncer mon gode en toi, je veux te voir jouir pour moi… regarde comme il est beau ce gode… mouille le avec ta bouche. » L’excitation me rend plus forte que je ne l’imaginais, je le trimbale ainsi vers le séjour, sans même forcer, cherchant un endroit parfait pour poursuivre mon plan.  Je lui enfonce le gode dans la bouche… J’ai soif de son anus et le fauteuil au fond de la pièce voisine est l’endroit parfait.  Je le couche sur le ventre, son petit cul en l’air afin d’être à mon aise pour le déguster. Il est si beau, je ne peux m’empêcher de prendre une pause pour le regarder.   Il tient à peine en place, je le vois se tenir sur la pointe de pieds pour ne pas rouler. Je l’imagine positionné ainsi sa croupe qui s’offre, à moi telle une pièce de viande juteuse juste à point. Je le caresse, sa peau est douce, ses jambes sont magnifiques.. Je les embrasse du bas vers le haut, ayant pour cible son postérieur offert et béant…

Une jambe à la fois, je la positionne sur mes cuisses, lui permettant de se déplacer plus facilement… À ma grande surprise, il demeure dans la même position, ses muscles complètement tendus.  J’aime le galbe de ses hanches, la fente de ses fesses qui laisse entrevoir son petit trou sombre, petit trou que je n’ai jamais osé abuser…  Je l’agrippe par la taille et me met à lui lécher l’intérieur de la pomme de ses fesses, je le positionne plus bas sur ma langue bien dressée… humm  « j’adore parcourir ton cul ainsi ouvert à mes envies ».  Je veux être partout à la fois, je danse de haut en bas guidant son corps sur ma langue.  Je m’attarde sur son anus, tentant d’y faire entrer ma langue fouineuse.  Le simple fait qu’il ne se débatte pas m’excite encore plus.  C’est à ce moment précis que ses fesses se referment sur mon visage, me saoulant du coup de ce délice des dieux.  Tantôt il gémissait, maintenant je l’entends marmonner « Prends-moi… Baise-moi maintenant!  Je veux que tu me défonces ! »

Publicités

Caty et la jeune pucelle (suite 4)

 

Le gode magique

Le gode magique

  • Merci Caty ! j’ai passé un bon moment avec toi !
  • Tu t’en va déjà !
  • Il faudra bien nous quitter !
  • Reste encore un petit moment ! J’ai tant de questions à te poser ! Viens te coucher près de moi !
  • Alors ces questions ?
  • Reviendras-tu me voir !
  • Oui bien sûr ! Pourquoi ne reviendrais-je pas !
  • C’est justement la question suivante ! Pourquoi reviendras-tu ?
  • Plusieurs raison ! Tu es une femme sachant recevoir, tu es belle aguichante, tu as de jolis yeux. Parce que tu m’as appris de belles choses. Et puis tout simplement parce que j’en ai envie.
  • Comment cela se passe avec ton ami !
  • Joker ! pas envie d’en parler… C’est toi qui est avec moi aujourd’hui… je ne pense à rien d’autre… Tes mains sont belles ! Laisse-moi les passer sur mon visage…
  • N’en jette plus !
  • Je te dis ce que je ressens… tes mains sont douces sur mon visage… Envie de sucer tes doigts les uns après les autres… Tu me laisses faire !
  • Tu vas m’exciter encore !
  • Es-tu une femme heureuse !
  • Je crois que oui.
  • Tu fais souvent l’amour ?
  • Je ne sais pas ce que veut dire « souvent »… je suis comblée si tu veux savoir !
  • Tu te caresses !
  • Oui j’aime bien me caresser ! Mes doigts suffisent à me faire décoller ! mais c’est la musique qui me cause les plus belles émotions !
  • Ah bon !
  • Elle ne me fait pas jouir la musique ! Non ! Elle crée pour moi une ambiance.
  • Tu as des jouets !
  • Dans le tiroir à côté de toi ! Tu verras que j’ai l’embarras du choix…
  • Je peux regarder ?
  • Bon dieu de Bon dieu c’est un véritable sexe shop ! Tu as une préférence ?
  • Oui !
  • Laisse-moi deviner !
  • Ce gode énorme qui vibre on dirait !
  • Non Ce vibro en forme de bite est mon fantasme… Il est trop gros pour moi ! Cherche bien ! Tu vas trouver…
  • J’ai trouvé cette fois !
  • Laisse-moi voir !
  • Voilà ces deux petites choses reliées par une jolie chaine !
  • Oui c’est bien cela : deux petits godes vibrant ! Tu en devine l’usage ?
  • Je peux essayer si tu veux !
  • Si tu veux !

Isabelle soulève le drap qui les recouvrait et descend entre les jambes de Caty qui se laisse faire ! Elle écarte spontanément les jambes et anticipe les initiatives de sa jeune visiteuse.

  • Il y a une priorité !
  • Oui devine laquelle
  • Je choisis au hasard !

Isabelle prend le premier vibro, le met dans sa bouche pour le mouiller. Elle dégage délicatement les fesses de Caty, découvre son anus, le contemple puis fait des petits ronds tout autour du muscle… Enfin elle introduit l’objet… Elle approche son visage pour sucer le second vibro…

  • Ce n’est pas la peine de mouiller celui-là avec ta salive, je suis trempée et il y a tout ce qu’il faut dans ma vulve.
  • Tu as raison tu es plus que trempée… je dirais inondée… C’est excitant de l’introduire cet objet dans ton con… Comment on déclenche la vibration ?
  • C’est automatique ! La chaleur de mon corps fait le nécessaire ! je ne pourrais pas t’expliquer le mécanisme… Mais les vibrations sont déclenchées de manière aléatoire… et on ne sait jamais de quel côté viendront les secousses… l’anus ou le vagin… quelque fois les deux ensemble.
  • Oui ! Je sens celui de derrière vibrer… Et maintenant l’autre… Est-ce que c’est bon pour toi ! c’est meilleur que d’habitude puisque c’est toi qui me les as mis.
  • Qu’est-ce que tu me conseilles pour moi…
  • Choisis toi-même !
  • Je vais essayer ton énorme gode… Je peux…
  • Tu n’arriveras pas ! Il est trop gros !
  • J’essaye tout de même !
  • Tu veux que je te le mette !
  • Oui ! Volontiers
  • Pour que l’on soit à égalité, je te mets un petit dong dans l’anus ! Ok !
  • Je veux bien ! Voilà mes fesses !

Caty place le dong dans l’anus d’Isabelle et l’enfonce jusqu’à sa garde. Puis elle plonge deux doigts de son con, pour récupérer un peu de cyprine afin d’enduire le monstrueux succédané de vit… D’une main elle écarte les lèvres du sexe d’Isabelle place l’objet à l’entrée du vagin et tente de pénétrer… cela ne passe pas !

  • Ça ne passe pas me belle ! Je le savais !
  • Non ! je suis certaine que cela va passer ! je vais écarter moi-même mes lèvres ! Mouille-le encore et essaye à nouveau… Oui ! c’est bon… N’ait pas peur ! appuie, enfonce, baise moi !…
  • Mais je vais te déchirer…
  • Non ! je me sens capable de le prendre ce machin… Insiste encore.

Soudain le vagin d’isabelle s’ouvre et à la grande surprise de Caty l’engin s’enfonce sans aucune autre résistance…

  • Branche le vibro ! Caty ! Et branle-moi ! Oui ! fais-le entrer et sortir… Je le sens bien ! Je me sens bien… Je vais jouir tout de suite… je ne peux plus attendre… je ne peux plus t’attendre….

Caty assiste une fois de plus au beau spectacle de cette jeune femme s’embarquant dans les nuages avec des spasmes et des cris…

  • Couche-toi près de moi ! Caty ! laisse-moi t’embrasser
  • Ta bouche est agréable… Donne-moi ta langue…
  • Tiens moi fort contre toi… je veux sentir ton corps quand le plaisir s’emparera de toi… Je sens ton ventre… laisse-moi tenir tes fesses…

Caty ne réponds pas et Isabelle comprends que c’est le moment de se taire… le moment d’apprécier un instant de communion, de partage… Si elle en avait le courage elle irait mettre un peu de musique… Non pas de musique… La musique c’est en fait le bruit de sa respiration, feulement de ses mains sur son corps, le claquement des baisers qu’elles échangent langoureusement, passionnément… Le temps est suspendu… Elles sont l’une et l’autre dans la même bulle d’amour de passion et de plaisir… Elles ne se parlent plus… Elles n’ont plus besoin de parler… simplement écouter… écouter son corps et le corps de l’autre… Le plaisir de l’une comble l’autre… Un orgasme de l’une fait vibrer l’autre… les spasmes et les soupirs se partagent…

Longtemps elles sont restées enlacées… Puis l’une après l’autre elle se réveille de ce doux rêve commun !

Le premier geste de Caty est de se débarrasser de ses deux compagnons devenus inutiles et encombrant. Elle s’aperçoit qu’Isabelle a aussi enlevé et le dong et le gode…

… A suivre

La caverne d’Ali baba de Vénus

Son deuxième tiroir représente en quelque sorte une véritable caverne d’Ali baba.

armchair

Vénus récupère

Boules de Geisha, des godemichés qui s’adaptent à mes envies, bandeaux, Strap-on, plumes, gels à diverses saveurs, huile chaude, bouche gourmande qui me permet de masturber sans effort mon partenaire, baillons, lingerie plus osée, menottes, objet pour le plaisir anal, etc.

Ne manquez pas ce cadeau surprise de Vénus : http://venus-erotica.com/index.php/cadeau-surprise/