Caty chez son dentiste.

orgasms-arent-always-welcome-especially-when-they-can-be-triggered-by-a-gesture-as-innocent-as-a

La jolie bouche de Caty

  • C’est votre tour chère Madame !
  • Appelez-moi Caty depuis le temps que je suis votre patiente !

L’attente n’avait pas été trop longue dans ce petit salon très confortable… Et j’étais inquiète de cette visite périodique. Il me fait assoir sur le siège médicalisé que je trouve soudain un peu étroit. J’ouvre automatiquement la bouche et en vrai professionnel il y plonge avec ses doigts, son petit miroir tout rond… Il m’écarte la langue, puis les deux joues enfin les lèvres…

  • C’est parfait Chère Madame ! Juste un petit détartrage et cela suffira.
  • Mais appelez-moi Caty ! Voyons !

Ouf ! Je suis rassurée ! En venant ici j’avais la trouille qu’il ne me trouve quelque carie et qu’il soit obligé de soigner à grand moyen de fraises et autres instruments barbares… Je me détends et mon cher dentiste se lance dans une grande séance de fil dentaire. Ses doigts sont magiques pour faire glisser le fil entre les dents et l’arracher brusquement…

  • Vos lèvres sont sèches chère madame !

Petit grognement de ma part et joignant le geste à la parole il enduit mes lèvres d’une crème qui me semble douce.  La lèvre du dessus, puis celle du bas, puis encore celle du dessus !

  • Ne craignez rien c’est simplement de la vaseline !

Je ne réponds toujours pas, mais je suis soudain troublée par cette caresse que je trouve à la limite du professionnel… Bigre ! Que c’est bon ! Mais c’est déjà terminé et le voilà maintenant avec son instrument à détartrer ! Je préférais la caresse des lèvres que ce passage brutal entre les dents.

  • Rincez-vous la bouche chère madame et crachez !

J’obtempère en prenant la timbale de sa main. Je verse le liquide rose dans ma bouche le secoue par un mouvement particulier et coordonné des joues et des lèvres fermées… Puis je recrache dans la petite coupelle voisine.

  • C’est très chère Madame
  • Appelez-moi caty !
  • Un dernier petit contrôle !

Et le revoilà parti dans l’exploration de ma bouche… Il devient soudain très volubile et commente son parcourt dentaire… A gauche rien de nouveau à l’extérieure, à l’intérieur c’est parfait… en haut un petit reproche… vous ne brossez pas assez bien vos dents…

  • Avez-vous porté votre brosse à dents, Madame ?
  • Oui elle est dans mon sac… je vous la donne si vous m’appelez Caty.

Suit une séance de brossage des dents et surtout des gencives avec moultes explications…

  • Et tout cela doit durer 3 minutes !
  • C’est long trois minutes ?
  • Non ! Madame ! C’est indispensable pour la protection de votre bouche ! C’est l’une des plus belles bouche que je connaisse ; c’eut été dommage qu’elle s’abime.
  • Merci pour le compliment ! Mais pourquoi ne m’appelez-vous pas Caty

Il continue ses explications sur l’hygiène buccale… je ne l’écoute même plus ! Ses doigts sont dans ma bouche… Il manipule ma brosse à dents avec dextérité tout en m’expliquant le pourquoi et le comment de tous ces mouvements.

  • Voilà chère Madame ! c’est fini ! Encore mes compliments ! je vous propose un nouveau RDV dans trois mois ?
  • Décidément vous ne voulez pas m’appeler Caty !
  • Redressez-vous Caty !

Le professionnel a fait place alors à un homme, grand, imposant, bruns, musclé, aux mains larges et puissantes, aux doigts longs et souples, aux yeux ravageurs, à la bouche érotique. Pendant toute la séance de soins, j’avais eu le temps de l’admirer.

  • Vous avez la plus jolie bouche…
  • Vous me l’avez déjà dit.
  • Mais vous êtes aussi terriblement excitante !
  • Ah bon !
  • Comme si vous ne le saviez pas !
  • Vous êtes très beau aussi Monsieur le dentiste !
  • A non ! Appelez mois Bertrand !
  • Je peux regarder votre bouche ?
  • Elle n’est pas aussi belle que la vôtre ! Savez-vous !
  • Montrez-moi quant même ! tenez asseyez-vous dans le fauteuil !
  • Vous croyez que c’est nécessaire
  • Indispensable : Où est votre petit miroir.

C’est à mon tour de lui explorer la bouche… Mes commentaires sont moins professionnels et plus taquins…

  • Si vous aviez votre brosse à dents je vous les brosserais volontiers !
  • Elle est là derrière vous !

Je saisi la brosse électrique et m’apprête à lui brosser les dents !

  • Mais vos lèvres sont sèches ! Laissez-moi vous les soigner !

Je rapproche mon visage du sien et lui passe la langue sur les lèvres ! Celle du haut puis celle du bas ! Il maintient sa bouche fermée ! Alors le passe ma langue entre ses lèvres et à chaque passage pénètre de plus en plus… Il me laisse faire et bientôt nous nous embrassons à pleine bouche !

  • Vous me faites bander Madame
  • C’est Caty qui vous fait bander !
  • Oui vous me faites bander Caty !
  • Et vous croyez que vous ne m’avez pas excitée
  • Non ! je vous ai soignée la bouche !
  • Et la caresse des lèvres avec de la vaseline ! C’était quoi ?
  • Mais simplement pour soulagez vos lèvres !
  • Tut Tut Tut ! je n’en crois rien…
  • Je ne me suis pas rendu compte ! c’était sans arrière-pensée.
  • Et vos doigts dans ma bouche, à caresser ma langue, mes gencives, mes dents, mon palais, l’intérieure de mes lèvres.
  • Je vous soignais la bouche ! ne me dites pas que la séance de fil dentaire vous aura aussi excitée.
  • Exactement ! Le mal était déjà fait avec la vaseline sur les lèvres ! Et tous vos gestes ne faisaient qu’aggraver mon état. Vous m’avez rendu folle !
  • Ce n’était pas mon intention !
  • Savez-vous ce qui m’est passé par la tête lorsque vous m’avez caressé les lèvres !
  • Pas caressées ! Soignées !
  • C’est la même chose !
  • Alors ! Vous avez pensé quoi !
  • Que ce serait divin si vous preniez l’initiative de caresser aussi les lèvres de ma vulve…
  •  ???
  • D’autant plus que je ne porte pas de culotte ! regardez !
  • Magnifique ! je peux toucher ?
  • Non ! c’est trop tard ! Vous auriez dû oser tout à l’heure !
  • Le rendez-vous proposé tient toujours !
  • Bien entendu !
  • Alors c’est OK mais pour ce soir ! Merci Bertrand
  • Et mon érection ?
  • Gardez-la moi jusqu’à ce soir ! Moi je suis trempée ! la caresse de vos doigts sur mes lèvres m’aura fait fondre ! Et demain matin après une nuit d’ivresse, nous nous brosserons les dents ensemble.
Publicités