tumblr_lea74nedpt1qzw5wjo1_500

Sursum corda! Debout les seins! Haut les coeurs blancs!
Les doigts sont délicats autour des aréoles.
La poitrine fleurie a trouvé ses corolles
Et des frissons d’amour courent le long des flancs.
Comme une ciel gonflé sous des rumeurs d’arbre
Le sein vaste a pâli sous les veines de sang
Et le mamelon chaud se dresse rougissant
Sur une dureté lumineuse de marbre.
Oh! la démangeaison des seins! Oh! lentement
Les chatouilles au bout des ongles s’allumant
Avec les feux du rut dans la nuit des prunelles…
Et la chair croit sentir deux poignards assassins
Entrer, mouillés encor des vulves éternelles
Dans la rigidité douloureuse des seins.

Le sonnet des seins

Albert Mérart, Le sonnet des seins :

tumblr_l7meo634Xc1qz71rio1_500

L’éclosion superbe et jeune de ses seins
Pour enchaîner mes yeux fleurit sur sa poitrine.
Tels deux astres jumeaux dans la clarté marine
Palpitent dévolus aux suprêmes desseins.

Vous contenez l’esprit loin des rêves malsains,
Nobles rondeurs, effroi de la pudeur chagrine !
Et c’est d’un trait pieux que mon doigt vous burine,
Lumineuses parmi la pourpre des coussins.

Blanches sérénités de l’océan des formes,
Quelquefois je vous veux, sous les muscles énormes,
Géantes et crevant le moule de mes mains.

Plus frêles, mesurant l’étreinte de ma lèvre,
Vers la succession des muets lendemains,
Conduisez lentement mon extase sans fièvre.

unnamed (2)

Entre Edward et Florence, rien n’allait vite. Les avancées importantes, la permission qu’elle lui donnait en silence d’aller plus loin dans ce qu’il avait le droit de voir ou de caresser, ne s’obtenaient que graduellement. Le jour d’octobre où il entrevit pour la première fois ses seins nus précéda de plusieurs semaines le moment où il put les toucher – le 19 décembre. Il les embrassa en février, mais pas les pointes, que ses lèvres n’effleurèrent qu’une seule fois, en mai. Elle-même ne s’autorisait à explorer son corps à lui qu’avec une prudence plus grande encore.

Ian Mc Ewan, Sur la plage de Chesil, 2007

Femme je vous aime ! Hommage de Dario Morales (1944 – 1988)

Beautés Africaines ! Pourrait-on s’en passer ?