Le regard de Gabrielle

delivar2 Gabriel

Photo sublime en gros plan
je vois je sens ton plaisir…
Mon fantasme d’une double pénétrations…
je voudrais avoir un collier
relié à des pinces sur mes tétons
en même temps pour que l’un de vous
puissiez tirer …
je gémirai…
Je crierai disant
« allez y défoncez-moi !
Encore…
encore…
je suis votre chienne…
allez plus fort…
plus fort… »
Mes mains tirant les cheveux
de celui qui est en dessous…
je veux vos doigts

s’enfonçant sur ma peau…
je veux jouir encore
encore
à en être épuiser…
à la fin tout deux puissiez jouir sur moi
et
me caresser avec votre jouissance…

Publicités

Un autre regard !

ob_810d84_doubletteCa ne l’emballait pas plus que cela. Le contact avec un autre homme, le fait de devoir partager une femme et puis le risque de tomber dans la comparaison. Il s’agissait d’autant de raisons pour lui d’être réticent. Mais comme Caty le voulait tant… Que n’aurait-il pas fait pour lui plaire. Que n’aurait-il réalisé pour sentir encore une fois sa peau si douce et pouvoir entrer à nouveau dans son con !

Dans un premier temps, ils l’avaient prises chacun leur tour, en vrais gentlemen. Ils s’étaient même fait des politesses pour savoir qui l’honorerait en premier, sous le regard amusé de Caty. Elle avait eu alors ce petit sourire à la fois moqueur et plein de gourmandise.

Après le premier round, fourbu, il s’était endormi. Tout comme Michel d’ailleurs…

Et pourtant, Caty était plus excitée que jamais. Il l’avait rarement vu dans cet état. Elle était presque en transe…

C’était leur discussion qui l’avait peu à peu réveillée.

Michel lui disait qu’elle l’avait tué : « Quelle baiseuse, tu fais… Insatiable ». Laurent aurait pu confirmer, mais il se voulait être encore dans le sommeil.

Caty reprit : « Tu crois qu’il va dormir encore longtemps, Laurent ? ». Lui souriait discrètement, les yeux encore fermés.

Michel avoua alors qu’elle nous avait bien crevé. « Pensait-elle encore baiser ? »

Alors, toute fière, encore plus frémissante, Caty dévoila son fantasme : « Oui ! Mais cette fois je vous veux tous les deux ensemble ! ».

Michel s’exclama, « Un trio ? »… Et voilà, il s’en doutait bien : elle les voulait tous les deux, comme elle voulait tout connaître. Elle repoussait à chaque fois les limites. Mais bon, il fallait prendre Caty, en entier, comme elle était. Ou renoncer à la prendre… C’est aussi cela qui l’attirait après tout. Cet appétit insatiable. Cette quête excitante. Sinon Caty n’était pas Caty.

Laurent se réveilla tout à fait pour réclamer l’anus de Caty. Il l’avait déjà léché, doigté… mais il ne l’avait encore jamais pénétré. Et il savait qu’elle en serait folle. Et justement il regardait Caty raconter sa première expérience en la matière. Elle était transfigurée. Il avait l’impression que ses tétons vibrer à se rappeler de cette première introduction.

Il essaya bien de faire valoir ses droits sur le petit trou de Caty. Mais Michel était opiniâtre. Il n’eut droit qu’à la grande porte. Caty le poussa sur le lit. Elle vint s’empaler sur lui.  Il sentit aux cuisses de Caty qui se refermait sur ses jambes que Michel la préparait. Caty cria subitement : Michel était dans la place. Poussée par la queue de son partenaire, Caty se cambra sauvagement en criant, tout en avançant son bassin en direction de Laurent. Sa vulve avala sa verge. « Tu m’a fait mal mon salaud ». Michel tentait de s’expliquer.

Elle pris alors furieusement les cheveux de Laurent et les tira violemment en lui ordonnant un : « Baise-moi un peu plus fort pour faire passer la douleur ! ».

A la fois intimidé et pleinement excité par l’attitude si impérieuse de Caty, il la baisa. Oui, il la baisa avec frénésie. Elle le voulait son fantasme. Et bien elle l’aurait… Dans le mouvement, sa queue sortit de son con. Mais elle retrouva bien vite sa place. Il regardait Caty avec émotion. Il voyait bien qu’elle était partie. Elle n’était plus avec eux. Elle était entre anus et con, enfilée, vibrante et consumée.

Par la suite, il ne réussit pas à savoir exactement à quoi attribuer sa jouissance. Etait-ce simplement par ce frottement mécanique, à la réalisation du fantasme ou plutôt à la position extatique de Caty quand elle prit plaisir et tomba en orgasme !

Fantasme à trois !

delivar2

Michel, Laurent et Caty…

  • Caty, les yeux dans le vague : Merci les gars ! j’ai jouis comme jamais ! Je suis épuisée ! Vous avez été parfaits… Michel j’aime ta bite courte et épaisse ! Gérard j’aime ton dard si long et si bien incurvé…… Oh ! Punaise ils se sont endormis … Ah ! les hommes ! deux petites gouttes de sperme et ils s’effondrent… Et moi qui en voulais encore !… Tant pis je vais me faire plaisir toute seule… Voilà un petit dong dans l’anus… Oh qu’il est agréable aujourd’hui… J’en jouirais presque… Et un vibro pour ma vulve trempée de sperme… Mmmm ! Je sens que je vais jouir… Je sens que ce sera Bon… Bon… Bon…

ob_0a4b2a_lenten

Michel et Laurent dormaient toujours ! Alors Caty repris le roman qu’elle lisait avant leur arrivée.

delivar2 4J’arrivais comme les deux garçons hissaient le bateau sur le sable, tandis que la jeune femme courrait, nue, vers le haut de la plage. Ils se lancèrent à sa poursuite et ne furent pas long à la rattraper, se plaquant à elle, devant et derrière. Sa bouche fut prise. Caché derrière un rocher, juste avant la plage, je n’avais plus qu’à photographier : il en aurait pour son argent mon cocu. Car son épouse se prêtait au jeu avec enthousiasme. Caressée, palpée, ses seins furent dévorés par deux bouches affamées. Puis ils se partagèrent le travail : tandis que l’un s’attaquait au sexe, l’autre écartant les fesses pointa la langue vers l’anus. Elle eut un petit sursaut, mais le non qu’elle émit ne fut que de pure forme. Je pus saisir l’instant où son visage exprima sa jouissance. À son tour elle s’agenouilla devant eux, redressés, les prenant alternativement en bouche, caressant les membres jusqu’à ce qu’ils giclent dans sa bouche sur son visage. Mais elle n’abandonna pas les queues et elle n’eut pas de peine à leur redonner vigueur. L’un d’eux, se coucha sur le sable et l’entraîna au-dessus de lui, elle guida elle-même le vit vers sa chatte. L’autre réattaqua de la langue le petit trou, avant d’y glisser un doigt, puis deux. Je devinais les protestations. Mais le jeune homme dut être convaincant car visiblement elle s’offrait au deuxième assaut. Le visage se crispa, des larmes même embuèrent les yeux, puis elle cria un triomphal oui. Les deux garçons harmonisèrent leur va-et-vient qui se prolongea. Elle jouit bruyamment à deux reprises.

Caty avait repris son vibro et jouissait encore à n’en plus finir.

  • Michel, sortant du sommeil : He Oh ! Que fais-tu Caty !
  • Caty, en plein orgasme: Je jouis mon cher ! je jouis toute seule ; puisque tu t’es endormi
  • Michel, la verge toute molle: Tu m’as tué ! Oui ! Quelle baiseuse tu fais… Insatiable…
  • Caty, curieuse : Tu crois qu’il va dormir encore longtemps, Laurent ?
  • Michel, philosophe: Mais tu l’as crevé lui aussi ! Tu veux baiser encore ?
  • Caty logique: Oui ! mais cette fois je vous veux tous les deux ensembles !
  • Michel étonné: un trio ?
  • Caty expliquant : Oui un trio ! cela te fait peur ?
  • Michel inquiet : Non ! pas du tout ! Mais tu nous veux ensemble dans ton anus et dans ton con ? Je croyais que dans l’anus c’était interdit pour toi…
  • Caty, joyeuse: J’en ai envie aujourd’hui…
  • Michel intrigué : je choisis la porte arrière si tu veux bien !
  • Laurent se réveillant: pas question l’anus c’est pour moi !
  • Caty, tous sourires: Ne vous battez pas pour cela : ce sera chacun son tour !
  • Laurent, rapidement: Oui ! mais c’est moi le premier !
  • Michel, du tac au tac: Moi aussi j’aimerais être le premier : Tu es vierge ? n’est-ce pas Caty…
  • Caty, explicative: Oui je suis vierge… Une fois seulement j’avais osé un petit « Prends-moi mon petit trou. ».
  • Michel : curieux: Et alors !
  • Caty, toujours expliquant: Alors il commença à me faire une feuille de rose… C’était délicieux… puis il m’introduisit un doigt, puis deux… mon œillet s’ouvrait… il me complimentait…
  • Laurent, impatient: Alors ! ensuite !
  • Caty, volubile: Alors il plaça son gland et essaya de forcer mon sphincter… J’ai eu très peur et j’ai attrapé sa verge pour l’enfiler dans mon con…
  • Laurent, un peu déçu: Et c’est donc pour cela que tu restée vierge :
  • Michel, interrogatif: et aujourd’hui tu voudrais que offrir ton petit trou… je suis partant !
  • Laurent, impatient: Moi aussi Madame !
  • Caty, toute calme: ne vous chamaillez pas… On va tirer cela à la courte paille… Montrez-moi vos deux bites et je choisirai la plus longue…
  • Michel à Laurent : désolé pour toi Laurent… je te dépasse d’une courte tête…
  • Caty à Laurent: De toutes manières je crois que tu m’aurais fait trop mal avec ta grosse trique…. Et de toutes manières je vous veux tous les deux ensembles… Michel dans mon con et Laurent dans mon petit trou…
  • Michel à Caty: laisse-moi te préparer !
  • Caty à Michel: Viens me préparer ! Enlève mon dong… Tu le trouves gros n’est-ce pas… Je suis comment… raconte-moi…

delivar2 3La langue de Michel glisse tout autour du trou rendu béant par l’effet du dong géant que Caty s’était enfilé… Puis il introduit un doigt, puis deux… Il les fit bouger… Caty pris dans sa bouche la verge du future sodomite et la suça consciencieusement… Laurent se coucha sur le dos et entraina Caty au-dessus de lui… Leurs deux bouches se soudèrent, pendant que Laurent cherchait à la pénétrer… C’est Michel qui guida l’énorme verge vers la vulve encore gluante de sperme et pour ainsi dire trempée… Il admira la progression du chiffre dans le con de Caty… Ceci fait il reprit ses caresses buccales et ses doigtés… Il réattaqua de la langue le petit trou, puis il y glissa à nouveau ses doigts, un puis deux… Il essaya un troisième… mais n’y parvint pas…

  • Caty à Michel: Viens mon ami… Dis-moi comment tu me trouves… Dis-moi que je te plais… Dis-moi que tu as envie de mon petit trou… Viens en moi !

ob_810d84_doublette

Michel se mis en position… D’une main il écarta la fesse droite de Caty… Le pouce bien placé ouvrit l’anus… Alors de l’autre main, il saisit sa verge, la pointa … Le gland força le sphincter puis la hampe coulissa dans Caty qui exprima sa douleur… Michel hésita puis d’un grand coup de reins s’enfonça jusqu’aux couilles…

  • Caty à Michel: Tu m’as fait mal mon salaud !
  • Michel, désolé: J’ai fait le plus doucement possible
  • Caty à Michel: Ton coup de rein m’a déchirée…
  • Caty à Laurent: Et toi baise-moi un peu plus fort pour faire passer la douleur…
  • Laurent, gaiement: Oui mon Général !

Caty tout en recevant les coups de Laurent, encourageait au mieux Michel par des mouvements de son cul. Ces mouvements désordonnés emmenèrent Laurent à sortir de son con… Il se rattrapa bien vite, la pénétra de plus belle… Puis ils s’harmonisèrent…

delivar2 2Caty naviguait entre ses deux amants… Elle dégustait ce fantasme qu’elle avait mis tu temps à accomplir… Elle tenta de comprendre le plaisir complexe qui l’assaillait… Est-ce Michel qui lui apportait ce plaisir ? Est-ce Laurent qui la faisait jouir ? Elle tentait de s’occuper de l’un et de l’autre… serrant alternativement son con et son sphincter… Sur une dernière bourrade de Laurent, accompagnée de la vibration évidente de son sexe… Elle se noya dans un orgasme vaginal étonnant… A peine avait-elle retrouvé un peu conscience, elle sentit l’éjaculation de Michel… Alors elle décréta que c’était là un sur-orgasme…

  • Caty, exténuée: Putain de Putain, c’était drôlement bon !
  • Michel, curieux: tu as jouis du vagin ou du cul
  • Caty, mystérieuse: J’ai jouis ! C’est certain ! Mais pas certaine de l’origine du plaisir…
  • Laurent, dubitatif: Tout de même ! C’est moi qui ais déclenché ton orgasme… Je l’ai bien senti.
  • Caty prudente: Je confirme ! J’ai senti ta bite vibrer et j’ai jouis tout de suite après.
  • Michel surpris! Et moi je servais à quoi…
  • Caty tous sourires! Toi tu m’as emmené au-delà du plaisir.

Les fantasmes d’A-C via M K

A-C avec qui M K a des projets d’écriture lui a adressé cette photographie.

A-C

Elle attend des lecteurs et lectrices du blog qu’ils/elles proposent de compléter librement les bulles des protagonistes de cette chaude séance de triolisme…

Dont acte ! À vos claviers !

A-C 1Merci Gabrielle

A-C Gabrielle 2

Tes yeux ! à quelques millimètre !

sans-titre

Tes yeux sont à quelques millimètre de notre accouplement

Tu vois sa verge dure qui écarte mes lèvres,

Ta langue cherche, trouve et taquine mon clitoris bandé

qui émerge de mes plis.

Je sens ton souffle sur mes chairs

Je sens sa poitrine velue dans mon dos

Je te sens lécher sa bite humide qui plonge en moi

en glissant dans mes humeurs

 

Tu vois qu’il essaye d’aller au plus profond de moi…

Tu sens combien son sexe est rigide…

Tu admires sa longueur lorsqu’il ressort tout trempé de moi

Pour mieux me pénétrer… encore plus loi.

Tu lapes au passage quelques gouttes de stupre

Et tu contemples admirative son explosion…

Il est en train de jouir… Il m’emplit dans tous mes recoins

d’un sperme expulsé par saccades et chaud

 

Ta langue tournoi, et tu grognes me repoussant

au delà des seuils de l’orgasme que tu veux partager,

Je grimpe au dessus d’un mur de convulsion,

qui me ramolissent les chairs et te rendent envieuse

 

Le monstre, pourtant solidement retenu, soudain flasque,

quitte mon antre suivi par nos liquides mélés.

 

Tu te régales d’être aux premières loges

à nous déguster et l’un et l’autre.

Tu m’abandonnes soudain pour lui offrir un refuge de ta bouche…

Tu es son repos du guerrier… Tu le sens encore vibrer de son plaisir…

Tu t’offres à ton tour un bel orgasme et ton corps convulse.

Une modeste traduction en prose des magnifiques strophes rythmées de Sensual Desires…

https://sensualdesires.wordpress.com/2015/11/21/explodes/

Un bel anniversaire

      

clima1

C’est bon de jouir sous son regard

Ils se sont rencontrés dans le bar de l’hôtel.

Rencontre très classique.

Quelques regards affectueux dans le miroir.

Deux sourires échangés.

Une boisson offerte et pudiquement accepté.

Petite mots échangés, jeu de cils.

Contact léger d’un pied sur une cheville.

Le toucher électrique du bout de ses doigts sur sa peau.

Ils étaient les deux seuls dans cette salle.

Il n’y avait plus beaucoup de temps avant qu’elle ne le conduise à sa chambre.

 

clima3

Je jouis pour lui

Leurs deux corps excités l’un contre l’autre

Les mains qui s’envolent

Les lèvres qui se touchent

Les souffles qui s’accélèrent

Deux langues qui se chevauchent

Des vêtements qui s’enlèvent.

Des secrets chuchotés à l’oreille.

 

hqdefault

je jouis en pensant à lui

Mais il y avait un secret, qu’elle ne lui dit pas.

Elle jeta un regard vers le coin sombre de la pièce,

Elle sourit.

Il lui sourit aussi, caché dans l’ombre.

Elle avait fait comme il le lui avait demandé.

Et elle savait qu’elle serait récompensée par la suite.

 

plais2

Jouir mon seul espoir

Mais pour le moment

Une grosse queue frappait à la porte de son sexe

Un homme pesait de tout son poids sur elle

Il lui caressa ses cheveux

Il lui fit des compliments

« Tu es bonne »

Il remplit sa bouche avec son sperme.

 

is-female-orgasm-important-to-get-pregnant

La jouissance ! c’est terrible

Elle ne pouvait juste que l’imaginer.

Nu.

Détendu.

Sa bite en érection à la main.

Les yeux semi clos ;

L’observant,

Se caressant,

Heureux du spectacle qu’elle lui offrait

 

cri1

Je crie ma jouissance

Il regardait sa femme se faire baiser

Il regardait cet homme baiser sa femme

Il la regardait jouir et gémir.

Il le regardait éjaculer sur sa langue.

Et ses doigts qui la pénétraient.

Et sa queue qui l’emmanchait.

 

Mais elle savait aussi que même excité.

Il ne jouirait pas tant qu’ils ne seraient pas seuls.

….

 

ext6

Jouir encore et encore

Alors elle s’agenouilla devant lui.

Elle était nue à ses pieds.

Regardant vers le haut.

Yeux désespérés de désir.

Ne voulant seulement que sa bite.

Son corps.

Son sperme.

Dans sa bouche.

Sur ses joues.

Dégoulinant de son menton.

« Bon anniversaire, » elle murmura lorsqu’elle l’entendit grogner.

 

shutterstock_47542420

Dieu que c’est bon de jouir

Puis il déchargea ses lourdes couilles sur son visage.

Un sperme épais et juteux à souhait.

Salé et chaud à la fois sur ses papilles.

Elle lui sourit.

Reposa sa joue contre sa cuisse.

« Bon anniversaire, Mon ami… ».

 

Trio pour un Bloggeur inspiré !

Emprunté à Michel KOPPERA

Emprunté à Michel KOPPERA

Caty avait sucé Pierre.
Délicatement

Pierre avait léché Ophélie.
Longuement

Ophélie avait sucé Pierre.
Vigoureusement

Caty avait léché Ophélie.
De la langue

Pierre avait baisé Caty.
Jusqu’au fond

Pierre avait baisé Ophélie.
Parfaitement

 Pierre avait enculé Ophélie.
A sec

Pierre avait voulu enculer Caty
Mais elle avait dit « bof ».

Pierre avait rebaisé Caty.
Elle aima qu’il aille au fond

Pierre avait reléché Ophélie.
Pour mieux la gouter

Ophélie s’était empalée sur Pierre.
En guidant sa verge de sa main.

Caty avait collé sa chatte sur la bouche de Pierre.
Pour qu’il la baise de sa langue

Ophélie avait chevauché Pierre en cadence
Tout en prenant à pleine bouche celle de Caty.

Ophélie avait saisi la queue de Pierre
et l’avait doucement fait glisser dans son cul.

Pierre avait joui et s’était à demi assoupi,
écrasé par la violence de l’orgasme qui l’avait secoué.

Caty regarda Ophélie.
Qui se branlait

Ophélie regarda Caty.
Qui faisait de même.

Caty et Ophélie se sourirent.
Lorsque la jouissance les emporta

Caty et Ophélie s’embrassèrent.
Passionnément

Ophélie eut très vite envie de regoûter le con de Caty
et cette envie était opportunément réciproque.

Pierre dormait toujours !