Nelly et Tatie

  • Bonjour Nelly
  • Bonjour Tatie
  • Une petite visite… Je peux…
  • Avec plaisir ma jolie nièce Nelly !
  • Viens dans le salon ! Je suis toute seule… Ton oncle Paul est sorti faire une course. Que veux tu boire !
  • Je n’ose pas te dire !
  • dis quant même !
  • Un petit verre d’alcool fort…
  • Pourquoi pas ! il est 11 heures… C’est l’heure de l’apéro…
  • Voilà ! Je t’accompagne !
  • Je ne te dérange pas au moins.
  • Non ! Je lisais !
  • Je peux savoir ce que tu lis.
  • Oui ! ODF La blanche hermine
  • Je ne connais pas
  • ODF veut dire Odor Di Femina ! Tu veux que le te lise un passage.
  • Oui !

Elle avait mis ses deux cuisses
sur les bras du fauteuil,
pendantes des deux côtés,
le bassin très élargi,
offrant le con dans l’écartement le plus indécent
et le plus favorable pour l’inspection
et pour l’exploration de la cavité satinée,
exhibant dans le haut à l’entrée,
au-dessous d’une fine toison noire,
un vrai clitoris de tribade,
gros,
luisant,
et d’un rouge vif,
que je voyais très bien de ma cachette éloignée.

  • Je continue
  • Oui ! je veux savoir la suite !

Le bas des fesses reposait
sur le bord du fauteuil,
larges,
épanouies,
le dos renversé,
la chemise retroussée jusqu’au nombril.

  • Cela te plait.
  • Cela m’excite oui ! Cela me donne envie de me caresser !
  • Ne te gène pas ! je termine !

 

J’aurais volontiers pris la place
de la langue qui allait venir
labourer cette chair ouverte,
des lèvres qui allaient se coller là,
des dents qui allaient croquer
cette praline rose parfumée.

  • … Tu ne dis rien !
  • Non je sens que je vais jouir !

 

Une furieuse démangeaison
fouettait mon sang
incendié par cette exhibition luxurieuse
de chairs nues étalées
dans la plus lubrique indécence,
mais je devais rester simple spectateur.

Je sentais sous mon doigt la dureté de mon clitoris… je savais qu’il bandait… Une furieuse démangeaison fouettait aussi mon sang incendié par cette lecture… J’étalais aussi mon con avec une indécence tout aussi lubrique… je ne voulais pas rester simple auditeur de Tatie…

Cunilotte

Jules Romain

Jules Romain

A bas mouchoir et cotte;
Desserre tes genoux, Manon,
Vas, ne fais plus la sotte,
Ton œil dit oui, quand ta bouche dit non!
Il faut que je suçotte,
De ce téton Le vermeillet bouton;
Il faut que je tapote,
Pressotte, Branlotte, Frotte, frotte
Ce petit con, Dont voici le bouchon,
Et que de cette motte Je peignotte
Je roulotte La toison Plus noire
qu’un démon!
A bas mouchoir et cotte:
Desserre tes genoux, Manon,
Va, ne fais plus la sotte:
Ton œil dit oui, quand ta bouche dit non! 

l’hôtel Comfort !

sieste1

Bouderie

Samedi matin, petit déj à l’hôtel COMFORT… Je regarde les autres clients et cherche ceux qui pendant toute la nuit n’ont cessé de faire l’amour… Cris, grincements de sommier, tapes… et j’en passe… j’en suis encore toute excitée… Pas ce couple de petit vieux avec leur petite fille, pas non plus ces deux jeunes femmes plongées dans le regard l’une de l’autre… Ah tiens peut-être ce monsieur qui arrive maintenant… J’attend de voir celle qui l’accompagne, mais je suis déçu et surprise… Il est seul… Ce n’est donc pas lui… Ah ! Merde ! il vient  s’asseoir à ma table…

  • Je peux !
  • Bien sur !
  • Bonjour !
  • Oui ! Bonjour !

Il ne se prive de rien… celui là ! son plateau est chargé comme une bourrique… Il ne va pas arriver à manger tout cela ! Et moi qui me surveille !

  • Salut Jean-Pierre ! De retour chez-nous ?
  • Oui ! Martine ! Une petite nuit ! Comme d’habitude
  • Madame Hortense est déjà partie…
  • Oui ! Elle avait une urgence !
  • C’est Géraldine qui sera contente de te voir… Elle est de service à ton étage à partir de 10 heures…

Ce dialogue entre la serveuse et Jean-Pierre m’en apprend un peu plus sur mon voisin de table… Mai je ne sais toujours pas si c’est lui ! Peut être bien que c’est lui puisque Hortense l’accompagnait.

  • Vous ne mangez pas votre banane ?
  • Non je la garde pour un petit en cas de 11 heures…
  • Vous venez souvent ici !
  • Non c’est la première fois ! Mais je vois que vous être un habitué !
  • Oui ma chambre 17 m’est réservée le dernier week-end de chaque moi…
  • Bonne journée alors Monsieur !
  • Jean-Pierre ! si vous me permettez !
  • Caty !

Il a englouti son frugal repas et est reparti avec les politesse habituelle…

Tiens il a oublié son petit sac… Un baise en ville comme on dit… Ma curiosité est si vive que je ne peux m’empêcher d’y jeter un œil… Mon dieu ! Le bel homme et la belle bite… Tous les fantasmes de la nuit me reviennent soudain, provoquant une bonne petite mouillure entre mes jambes… Mais il y a aussi Hortense une somptueuse blonde mure et bien conservée… Il y a sa vulve étonnement velue… Une poitrine généreuse des fesses splendides… Il y a aussi quelques positions amoureuses très érotiques…

Je quitte la salle du petit déj et ai hâte de savoir où se trouve cette fameuse chambre 17… C’est bien ce que je pensais ! Elle est juste au dessus de la mienne… Eh bien Jean-Pierre et Hortense se sont donné du plaisir la nuit dernière…

Je regagne ma chambre 7 et m’enferme dans la douche…

On cogne à la porte… je suis toute nue… je m’enveloppe dans une serviette et viens ouvrir… C’est lui  . c’est Jean-Pierre !

  • Comment m’avez-vous trouvée.
  • Martine m’a indiqué votre chambre la 7 … Alors…
  • Mais entrez donc ne restez pas sur le palier… je vous reçois comme cela sans façons…
  • Cela ne me gène pas au contraire !
  • Alors que puis-je pour vous ?
  • Rien ! Martine m’a signalé que vous aviez récupéré ma petite sacoche que j’avais oublié sur la table…
  • Oui j’avais l’intention de vous l’amener dans votre chambre … 17… Je crois..
  • Oui ! juste au dessus de vous…
  • Je sais ! Voici votre sacoche !
  • Je voudrais aussi simplement m’excuser pour hier soir… je sais que le plafond de cette chambre n’est pas bien insonorisé et vous avez sans doute été gênée par le bruit…
  • Mais pas du tout ! Ce fut un plaisir d’entendre… Hortense… Je crois, chanter et crier de joie…
  • Ah bien ! Si vous le prenez comme cela… je vous quitte alors… Caty ! Enchanté de vous avoir connu… Et merci pour la sacoche.
  • Je regrette de n’avoir pas connu Hortense.
  • Ce sera pour une autre fois.
  • Surement ! A bientôt Jean-Pierre !

Chambre 17

C’est à mon tour de cogner à la porte du 17…

  • Re-bonjour Jean-Pierre… je vous dérange… Vous venez de prendre votre douche ?
  • Oui ! désolé de vous recevoir enveloppé dans cette serviette… Mais ne restez pas sur le palier… Entrez donc… Voici la seule chaise de la chambre… La chambrette ! je devrais dire…

Oh le coquin ! Il ne fait aucun effort pour me laisser passer et je suis bien obligé de le frôler pour entrer dans la chambre… Je découvre la chambre… En fait un vrai champ de bataille… Les couvertures sont au sol… les oreillers aussi le drap est maculé de sperme… Et il se dégage une odeur de fauve, prenante… qui me provoque une petite secousse érotique au bas du ventre… Jean-Pierre semble tout fier de me faire la visite des lieux de ses exploits… Je m’assied sur la chaise et lui sur le rebord du lit… La serviette s’ouvre un peu sur ses jambes bien musclés et je suis déçu de ne rien voir plus haut… Je ne laisse percer aucune déception et mon sourire est éclatant…

  • Alors Caty ! que devenez-vous ?
  • Rien de bien particulier…
  • Et que me vaut votre charmant visite…
  • Ma curiosité féminine… Je voulais simplement voir de visu le lieux des exploits qui m’ont empêchés de dormir hier soir…
  • Surprise ?
  • Non un peu jalouse… Et émue…
  • Mais jolie comme vous êtes, vous avez surement un petit ami. !
  • Un mari !
  • Oh pardon !
  • Rassurez-vous Jean-Pierre… Il me « baise » bien !
  • Mais je n’en doute pas… Le spectacle vous a plu…
  • Oui ! Beaucoup.

A suivre !

La curiosité est un défaut et une école !

unnamed-18

Rénold et Etiennette venait de terminer une énième séance amoureuse… Couchés l’un à côté de l’autre ils replongèrent avec un délice partagé dans leurs souvenirs…

  • Et toi mon ami qui t’a dépucelé ?
  • une péripatéticienne tout simplement… Cela c’est passé tellement vite que je ne me souviens que de cette petite phrase qu’elle ma sussuré à l’oreille alors que je débandais : « tu rendras ta femme heureuse ».
  • Et cela a été le cas…
  • je crois que oui ! Mais elle n’est plus là pour en témoigner… Mais j’ai aussi été très curieux et j’ai eu la chance d’assister à ce jolies galipettes de mes oncles et tantes chez qui je passaient des vacances… Ils me considéraient comme un puceau naïf et ne prenaient aucune précaution pour se cacher…
  • Raconte ! Raconte ! Tu m’excites !

Cunnilingus !

  • Ma tante venait de terminer sa toilette intime… je l’avais vu se laver un peu comme ma chère péripatéticienne… Elle s’assit sur le bord du lit et continua à se sécher… ce geste lui plaisait visible car je pouvais lire sur son visage une espèce de grimace que je compris ensuite être les prémices du plaisir… Elle appela alors mon oncle qui entra découvrit sa femme couchée sur le dos les jambes pendante et la vulve béante… Ma tante lui demanda un petit service et je pu assister à mon premier cunnilingus… Clic Photo

unnamed-11

  • Tu m’excites ! Tu m’excites tellement ! Fais moi pareille !

La missionnaire et autres positions !

  • J’ai très vite compris que la missionnaire n’était pas la position favorite de mes acteurs… D’ailleurs dans cette position je ne voyais rien que les fesses de l’homme même si les bruitages me plaisaient bien : Oui ! Encore ! Baise moi ! Oh que c’est bon ! Tu es dur comme fer… Elle est douce ta chatte… Tu es trempée… Serre moi plus fort… et la mot final… AAAAH ! je jouiiiiis ! J’avais à la disposition de ma curiosité un véritable kamasoutra…
  • Raconte moi un exemple !
  • Plusieurs exemples si tu vous… Toutes ont comme thème commun le ballet inouïe des cuisses et des jambes de ces dames… C’est fou ! C’est prodigieux ! C’est magnifique ! Et derrière ces mouvement l’origine du monde comme dit l’autre qui se mets dans toutes ses poses pour recevoir l’hommage… L’homme aide bien sur ce ballet… Le guide… L’encourage… Cuisses en lévitation comme dans le vide… Cuisses repliées sur le ventre, cuisses écartées outrageusement impudiquement…
  • Est-ce mes cuisses volent aussi bien !
  • Oui tu es parfaite !
  • Comment les préfères-tu ?
  • j’aime bien lorsque tu as les jambes repliées sur ton ventre.. Clic Photo

image003

 

  • J’aime aussi lorsque tu les écartes Clic Photo

unnamed

Petit dialogue amoureux au déjeuner ! Avec quelques instantanés qui plaisent tant !

 

Rénold tout habillé vint annoncer à Etiennette qu’il partait maintenant et pour de bon… Elle en fut désolé et essaya encore de le retenir… A sa façon c’est à dire par la tentation…

  • Ne pars pas mon ami… Je t’ai fait à déjeuner… Et tu ne m’as pas encore parler de Justine ta défunte épouse…
  • Pas tellement envie de parler d’elle… Trop de souvenirs encore trop vivaces…
  • Aller ne fait pas l’idiot… Fait moi l’amour et raconte moi… Clic Photo…

unnamed

  • C’était bon tu sais ! J’ai eu un petit orgasme… Mais il fut délicieux… Assied toi près de moi et raconte moi… Elle était vierge lorsque tu l’as connue.
  • Non elle s’était fait déflorer par un oncle
  • Qui l’a violée
  • Non initiée… Toute une après midi en tête à tête, il a eut le loisir de lui faire découvrir son corps de 18 ans… Tout y est passé… Toutes les zones érogènes ont été explorées…
  • C’est elle qui t’a raconté cela ?
  • Oui ! Et elle prenait plaisir à donner tous les détails…
  • Et c’est à ce moment qu’il lui a fait perdre sa virginité…
  • Non pas du tout… L’oncle se refusait à « consommer »… Il lui montra tous les secret d’un homme, détailla bien la verge et ses mille secrets… Lui expliqua les plaisirs d’un frein bien flatté et d’un anus honoré par deux doigts… Ils dinèrent le soir… Et chacun regagna sa chambre… La Tatie revenait le lendemain…
  • Et alors c’est tout ? Oh encore envie de tes doigts… Branle, moi ! Caresse moi… Clic Photounnamed-22
  • Mais tu es insassiable aujourd’hui !
  • Alors le Tonton et la nièce sagement couchés dans leurs lit…
  • Alors ! C’est Justine qui vint le rejoindre dans son lit… Baiser sur la bouche, caresses en tous sens pour lui montrer comment elle était bonne élève, fellation avec nuages come on dit, flatterie sur l’anus…
  • Et alors ! Caresse moi ! Ton récit m’excite !
  • Alors le Tonton n’en tenant plus enfila une capote, lui fit un cunnilingus et commença à la baiser…
  • A lui faire l’amour… Tu veux dire…
  • Si tu veux… Il butait sur l’hymen… Et c’est Justine qui s’offrit à lui en le prenant tout entier en elle…
  • Elle eut mal…
  • Elle m’avoua qu’elle ressentit une douleur qui fut vite estompée par un orgasme sauvage qui dura de longues minutes… Le Tonton jouis à son tour et ils passèrent la nuit dans les bras l’un de l’autre…
  • Une caresse s’il te plait…. Clic Photo
  • unnamed-18

image003

  • Bonjour mon ami…
  • As-tu bien dormi…
  • C’est bon tu sais d’avoir un homme dans son lit !
  • Tu es tout chaud… Tu sens bon… Laisse moi te toucher pour y croire…
  • Tu es tout nu… Tu n’as pas voulu de son pyjama… Tes bouts de seins sont durs…
  • Oh la belle verge… déjà réveillée, bien droite, bien dure…
  • Tu veux que je te prépares un petit café ?
  • Non ! J’ai plus envie de toi…
  • Déjà ! De si bon matin…
  • Il n’y a pas d’heure pour baiser !
  • Pas baiser… Faire l’amour… Mais alors prépare moi… Je suis bien sèche…
  • Oh oui ! je sens ! un vrai sac à moules…
  • Trop grivois mon ami… Tiens passe moi cette crème et cela ira mieux tu verras ! Quelques gouttes suffisent…
  • Oh que c’est bon tes doigts… Continue… C’est trop bon… Attends un peu laisse moi me retourner sur le ventre…Comme cela ! Oui ! Caresse moi encore !
  • Elle sont belles tes fesses ! Ton con est doux… Envie d’y mettre plusieurs doigts !
  • Oui ! vas-y ! Je suis prête… Je passe la main sous mon ventre j’attrape mon clitoris et…
  • Et quoi !
  • Fais moi jouir idiot… Fais moi jouir !
  • Oui ! je te sens jouir ! C’est bon de te sentir jouir… Mais j’ai envie de toi…
  • Viens donc mon ami… Viens me faire l’amour… Viens me prendre… Viens me pénétrer… Biens me baiser…
  • Ah ! tu vois que tu veux baiser…
  • Cela m’a échapper ! Non viens me faire l’amour…
  • Alors couche toi sur le dos…
  • Comme cela…
  • Oui ! Relève tes jambes…
  • Comme cela…
  • Tu es excitante dans cette position…
  • Maman ! J’ai peur…
  • Mais non je plaisantais… Viens en moi…
  • Pas si fort ! tu vas me casser…
  • je vais jouir Etiennette
  • Je jouis Rénold

Clic Photo !